(Washington) Mauvaise nouvelle pour Donald Trump : les Américains commencent à s’inquiéter des perspectives économiques de leur pays, selon un sondage qui met aussi en lumière une baisse de sa cote de popularité.

Jerome CARTILLIER
Agence France-Presse

Les bons indicateurs de la première économie mondiale, en particulier sur l’emploi, sont l’un des arguments centraux du locataire de la Maison-Blanche dans sa quête pour un deuxième mandat de quatre ans.

« Nous allons continuer à gagner, gagner, gagner », a-t-il lancé lundi soir lors d’une rencontre à Fayetteville, en Caroline du Nord. « Nous avons, aujourd’hui, la meilleure économie dans l’histoire de notre pays […] et le meilleur est encore à venir ! ».

Le dernier sondage Washington Post/ABC, publié mardi, dresse cependant un tableau plus contrasté de la perception des électeurs américains sur ce thème.

Si 56 % des Américains jugent que l’état de l’économie est « excellent » ou « bon », ce chiffre est en nette baisse par rapport à il y a un an (65 %).

Par ailleurs, six Américains sur 10 estiment qu’une récession est « très probable ou » plutôt probable « dans l’année à venir.

Autre chiffre inquiétant pour le président septuagénaire : 43 % des personnes interrogées estiment que ses politiques commerciales et économiques ont augmenté les chances d’une récession l’année prochaine contre 16 % qui pensent qu’elles ont, à l’inverse, éloigné le spectre d’une récession.

Et le regard porté sur la façon dont M. Trump gère les négociations commerciales avec la Chine est sévère : 35 % seulement des Américains approuvent son action, contre 56 % qui désapprouvent. Six Américains sur 10 disent par ailleurs être inquiets que la guerre commerciale avec Pékin fasse augmenter les prix des produits de consommation courante pour leur famille.

Les tensions entre Washington et Pékin ont depuis redoublé d’intensité avec l’entrée en vigueur de droits de douane renforcés par vagues successives. D’ici la fin de l’année, Donald Trump compte surtaxer la quasi-totalité des importations en provenance de Chine (quelque 540 milliards de dollars sur la base des importations 2018).

Selon l’étude Washington Post/ABC la cote de popularité de Donald Trump parmi les Américains en âge de voter est de 38 %, contre 44 % en juin.

Les calculs du site FiveThirtyEight, qui prend en compte de multiples sondages en les pondérant en fonction de leur méthodologie, donnent une tendance similaire : la cote de popularité de Donald Trump, en baisse quasi constante depuis le début du mois d’août, s’établit désormais à 41 % (contre 54,2 % qui désapprouvent son action).

« Médias » dangereux

Visiblement piqué au vif par ce sondage, M. Trump s’en est pris dans un tweet à la tonalité particulièrement agressive au Washington Post et à ABC, qualifiés de médias « dangereux ».

« Le sondage ABC/Washington Post était l’un des pires et l’un des plus inexacts avant l’élection de 2016 », a-t-il lancé.  

Selon le locataire de la Maison-Blanche, les sondages sont « l’une des armes les plus puissantes utilisées par les médias corrompus ». « Nombre de ces sondages sont truqués ou réalisés de telle manière qu’un candidat donné aura l’air bon ou mauvais ».

« Les sondages internes sont bons, n’ont jamais été aussi bons ! », a conclu le milliardaire républicain.

L’administration Trump martèle depuis plusieurs semaines que les inquiétudes sur l’économie sont infondées.

« Je ne vois en aucune manière une récession », a déclaré lundi le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin sur Fox Business, assurant que la guerre commerciale que Donald Trump mène contre la Chine n’avait « aucun impact pour le moment » sur l’économie de la première puissance du monde.

L’expansion de la première économie mondiale est estimée à 2 % pour le deuxième trimestre, soit en net ralentissement comparé aux 3,1 % enregistrés au premier trimestre.

Le sondage Washington Post/ABC a été réalisé par téléphone du 2 au 5 septembre sur un échantillon représentatif de 1003 adultes.