(Washington) Le secteur privé aux États-Unis a continué d’embaucher de façon très solide en août créant 195 000 nouveaux emplois, un chiffre bien supérieur aux attentes des analystes, selon l’enquête mensuelle d’ADP publiée jeudi.

Agence France-Presse

Les analystes s’attendaient à seulement 150 000 créations d’emplois, un chiffre quasi stable par rapport à juillet.

Le gouvernement publie vendredi les chiffres officiels de l’emploi pour le mois dernier et les économistes s’attendent à un taux de chômage stable à 3,7 % et à 171 000 créations d’emplois, en légère hausse par rapport au mois de juillet.

L’enquête ADP, rarement commentée par l’administration américaine, car ses données ne reflètent pas toujours l’évolution officielle des chiffres de l’emploi, a suscité une réaction enthousiaste de Donald Trump. « De super chiffres de l’emploi ! », a tweeté le président américain très attentif à tous les signaux économiques alors qu’on craint un ralentissement de l’activité aux États-Unis.

L’embellie d’août dans le secteur privé a été portée par le secteur des services qui a embauché 184 000 personnes, tandis que le secteur de production de biens n’a créé que 1000 postes. Le secteur manufacturier s’est redressé par rapport à juillet, ajoutant 8000 postes à ses effectifs, mais le secteur minier est resté négatif détruisant 2000 emplois.

Par taille, les entreprises de taille moyenne ont le plus embauché (77 000), suivies par les petites entreprises (66 000) et par les grandes firmes (52 000).

« Ces chiffres montrent que l’économie est en relative bonne forme », affirme Paul Ashworth de Capital Economics qui a toutefois du mal à croire que le secteur manufacturier, dont la production est dans le rouge depuis plusieurs mois, ait encore embauché en août. La vraie force réside dans les services, notamment l’éducation et la santé qui ont ajouté 58 000 emplois ainsi que les loisirs et l’hôtellerie qui ont ajouté 42 000 postes.  

Parallèlement à cette vitalité du marché de l’emploi, les entreprises ont aussi supprimé des emplois à un rythme accéléré, à cause des tensions commerciales.  

Août a vu 10 000 suppressions de postes attribuées à la seule guerre commerciale que Donald Trump mène contre Pékin, sur un total 53 480 réductions d’emplois. C’est le chiffre le plus fort depuis 2009 pour un mois d’août, selon l’étude du cabinet Challenger, Gray and Christmas.  

« Les employeurs commencent à sentir les effets de la guerre commerciale et les tarifs douaniers imposés par les États-Unis et la Chine », souligne le cabinet dans son rapport.