(Washington) Donald Trump a de nouveau vigoureusement attaqué la Banque centrale américaine et son président qui, selon lui, brident la croissance américaine mais a affirmé mercredi qu’il « n’exige pas » que la Fed baisse ses taux.

Agence France-Presse

Alors qu’on lui demandait, avant son départ pour le G7 en France, s’il exigeait une baisse des taux, le président américain a répondu : « je n’exige pas mais s’il se servait de sa tête (Jerome Powell, le président de la Fed), il baisserait les taux ».

« Jay Powell et la Fed ont totalement manqué le coche […] il a augmenté les taux trop vite, trop furieusement », a-t-il ajouté, jouant sur le titre des superproductions de la série « Fast and Furious ».

Et d’appeler à baisser les taux. « Maintenant, il nous faut aller dans l’autre sens », a lancé le président.

Plus tôt, dans la matinée, il avait publié une série de tweets impatients sur le sujet.

« Cela se passe bien avec la Chine. Le seul problème qu’on a, c’est Jay Powell et la Fed. Il est comme un golfeur qui rate son coup, il n’a pas de doigté ».

Donald Trump promet « une forte croissance » économique si le patron de la Fed « fait ce qu’il faut : une forte baisse des taux ». « Mais il ne faut pas compter sur lui ! », a accusé le président, qui affirme que les États-Unis sont en compétition avec de nombreux pays « aux taux d’intérêt beaucoup plus bas ».  

Selon lui, les États-Unis devraient avoir des taux d’intérêt « plus faibles » que les autres économies, même si la croissance américaine est supérieure (2,1 % en rythme annuel au 2T) à nombre des pays industrialisés. « C’est le dollar le plus fort de l’histoire », a-t-il assuré, alors que le billet vert n’a pas atteint de sommet historique.  

« La Fed, réveillez-vous ! », lance-t-il encore alors que la Banque centrale se réunit dans trois semaines pour décider de sa politique monétaire.

Les marchés s’attendent à ce qu’elle abaisse les taux d’intérêt pour prolonger la croissance alors que s’amoncèlent les nuages des tensions commerciales et d’un affaiblissement de la croissance mondiale.