(Washington) Le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross a déclaré mercredi que le report de tarifs douaniers supplémentaires sur certaines importations chinoises n’était pas une « contrepartie » à la suite d’une avancée des négociations avec Pékin.

Agence France-Presse

« Ce n’est pas une contrepartie », a affirmé le secrétaire américain sur la chaîne financière CNBC, soulignant qu’il s’agissait plutôt de protéger le consommateur américain.  

La décision de retarder l’imposition de nouvelles taxes douanières vise en effet à préserver le consommateur américain à l’approche des achats de fin d’année, a-t-il expliqué. « Personne ne veut prendre le risque de perturber la saison des fêtes », a dit M. Ross.

L’administration américaine a annoncé mardi qu’elle repoussait au 15 décembre l’imposition de 10 % de droits de douane supplémentaires sur une partie de 300 milliards de dollars d’articles de grande consommation importés de Chine, comme des téléphones, des vêtements, des jouets.

C’est plus de trois mois après la date butoir du 1er septembre qu’avait imposé Donald Trump fin juillet lorsque ses émissaires – Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor et Robert Lighthizer, représentant au Commerce – étaient revenus sans grande avancée d’une séance de négociations à Shanghai.

D’autres produits importés, relevant des secteurs de la santé, de la sécurité ou de la religion, comme les Bibles imprimées en Chine, ont aussi été exclus mardi de la liste des produits qui seront surtaxés mi-décembre.

Mardi, pour la première fois le président Donald Trump avait implicitement reconnu que sa politique de taxes punitives sur les produits chinois pouvait entraîner des hausses de prix dommageables pour la consommation américaine, moteur de la croissance économique du pays.

« Nous faisons ça pour Noël juste au cas où cela aurait un impact sur le consommateur américain », a indiqué Donald Trump.