La grève dans les parcs nationaux n’aura finalement pas lieu. Une entente de principe a été conclue samedi aux petites heures du matin entre la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) et ses employés affiliés au Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), ont annoncé les deux parties dans un communiqué conjoint.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Cette entente met aussi fin à la grève amorcée mercredi dernier dans cinq sites de la SEPAQ : le siège social, le Camping des Volitgueurs, le Centre touristique du Lac-Kénogami, le Centre touristique de Lac-Simon et le Parc des Chutes-Montmorency.

L’entente devra être présentée aux employés syndiqués dans les prochaines semaines.

« Nous sommes ravis d’être parvenus à une entente de principe avec le syndicat et à faire en sorte que les impacts sur les vacances des Québécois aient été réduits au minimum. Comme à leur habitude, ils pourront venir profiter des splendeurs de leurs territoires nationaux et de la grande variété d’activités offertes pour les découvrir », a déclaré dans un autre communiqué le président-directeur général de la SEPAQ Jacques Caron.

La SFPQ a aussi réagi par communiqué peu après l’annonce conjointe. « Nous sommes très heureux du dénouement positif de cette négociation pour les parties, ainsi que pour les vacanciers québécois qui pourront profiter des installations de la Sépaq et des multiples services offerts par nos membres toujours aussi dévoués et professionnels », a dit Christian Daigle, président général du SFPQ.