(Tokyo) La ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a rencontré brièvement son homologue chinois, avec qui elle a discuté de la suspension des exportations canadiennes de canola vers la Chine.

La Presse canadienne

Les deux politiciens assistent à la rencontre des ministres de l’Agriculture du G20 au Japon, lundi.

Dans un communiqué diffusé lundi soir, le ministère affirme que la ministre Bibeau et son homologue ont eu une « conversation initiale en marge du G20 », dans laquelle Mme Bibeau aurait exprimé son souhait de régler le litige rapidement.

En suspendant le permis d’exportation des entreprises canadiennes, la Chine a évoqué des craintes de contamination.

Selon le communiqué, Mme Bibeau a fait valoir que le gouvernement canadien « se portait garant de son solide système d’inspection et de sa réputation de fournisseur fiable de produits de qualité à l’échelle mondiale ».

La suspension des permis d’exportation est survenue alors que les tensions sont vives entre Pékin et Ottawa, à la suite de l’arrestation de la dirigeante du géant chinois Huawei, Meng Wanzhou.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré la semaine dernière que la décision de Pékin sur le canola était liée à la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis.

M. Trudeau a assuré que le canola canadien était « irréprochable en termes de qualité », ajoutant que la Chine utilisait ces inquiétudes « comme une excuse pour prolonger ce qui est fondamentalement un conflit, pas même avec le Canada, mais entre les deux plus grandes économies du monde ».