L'activité dans le secteur manufacturier aux États-Unis a progressé moins que prévu en décembre, décevant les attentes des analystes, selon l'indice des directeurs d'achats de ce secteur publié jeudi par l'association professionnelle ISM.

Mis à jour le 3 janv. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

L'indice ISM manufacturier a reculé de 5,2 points de pourcentage par rapport à novembre, à 54,1 %. C'est son plus faible niveau depuis deux ans. Les analystes prévoyaient un ralentissement moindre à 57,8 %.

C'est le 116e mois d'affilée, soit plus de 9 ans, que cet indice s'établit au-dessus du seuil de 50 % délimitant la frontière entre contraction et progression de l'activité.

Parmi les composantes de l'indice, les nouvelles commandes se sont repliées de 11 points de pourcentage à 51,1 %, à l'unisson de la production, dont la progression a ralenti de 6,3 points à 54,3 %.

L'emploi a également modéré sa progression de 2,2 points, à 56,2 %, tandis que la composante prix s'affichait aussi en retrait de 5,8 points de pourcentage, à 54,9 %.

Sur 18 types d'industries, 11 ont rapporté une hausse de leur activité en décembre, contre 13 en novembre. Les secteurs en baisse sont l'imprimerie et l'industrie papetière, la fabrication des métaux, les produits pétroliers et miniers, les plastiques.

Le secteur manufacturier est « toujours en expansion mais à un niveau beaucoup plus faible », a noté l'ISM dans un communiqué.

Selon l'économiste de FTN Financial Chris Low « le ralentissement du secteur manufacturier aux États-Unis, la faiblesse des principaux composants tels que les commandes et le carnet de commandes, associés à un ralentissement mondial encore plus marqué et à la chute des fondamentaux de l'inflation, plaident certainement en faveur d'une pause dans la hausse des taux d'intérêt » américains.

La banque centrale (Fed) prévoit pourtant pour l'instant encore deux hausses des taux en 2019.