(Québec) Irrité par la fermeture du marché chinois au porc québécois, François Legault n’écarte pas des représailles commerciales, mais son ministre Pierre Fitzgibbon a été plus prudent.

Patrice Bergeron
La Presse canadienne

Le premier ministre réagissait à la décision de la Chine de suspendre toute importation de viande canadienne, nouvel épisode du différend diplomatique avec Ottawa à la suite de l’arrestation d’une dirigeante de Huawei à Vancouver.

« Nous voulons nous assurer que (la décision de la Chine) n’a pas de liens avec Huawei », a déclaré M. Legault en mêlée de presse mercredi matin, avant de se rendre à la séance du conseil des ministres.

Il a rappelé que le Québec importe pour 12 milliards de produits chinois par année. La Chine s’expose donc aussi à des conséquences, selon lui.

« Il faut que ça soit juste, les échanges commerciaux, il faut que ça soit possible dans les deux sens, à ce moment-ci, il ne faut rien exclure. »

La Chine a importé pour 283 millions de dollars de porc québécois en 2017 et la demande est actuellement à la hausse, a indiqué le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, en point de presse.

M. Legault a dit qu’il était « aussi en colère » que les producteurs de porcs du Québec, parce que ce geste « si draconien » a des « impacts très majeurs sur eux ».

M. Legault a parlé avec le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, afin de l’inciter à mettre sur pied un programme pour aider les producteurs de porcs québécois.

De son côté, le ministre québécois de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a expliqué qu’il tente de diminuer le déficit de 9 milliards de la balance commerciale du Québec avec la Chine, par exemple en produisant ici des biens qui sont importés d’Asie, comme des textiles.

« Je prendrais juste l’approche positive : ce qu’on importe de la Chine, eh bien, on va le faire ici au Québec » en investissant dans la compétitivité des entreprises, a-t-il affirmé, plutôt que de faire planer des menaces de représailles.

Son collègue, André Lamontagne, a laissé entendre que l’attribution d’une aide financière du gouvernement Legault aux producteurs est actuellement prématurée.

« Ça commence aujourd’hui, alors avant qu’on voie les répercussions, ça va prendre quelques jours » pour pouvoir évaluer les pertes, a-t-il argué.

La Chine invoque la découverte de près de 200 faux certificats sanitaires de vétérinaires pour motiver sa décision, a rappelé le ministre, en ajoutant que la conformité des produits est du ressort fédéral, donc c’est d’abord à Ottawa d’aider les producteurs.

M. Lamontagne n’a pas osé se prononcer sur la véracité des prétentions de la Chine.

L’opposition officielle a pour sa part exigé que M. Lamontagne fasse pression sur son homologue fédéral pour que le secteur porcin québécois ne soit pas pénalisé.

« On a un gouvernement qui se dit nationaliste, mais qui se réfugie derrière le fédéral pour masquer sa propre inaction », a déclaré la porte-parole libérale en matière d’agriculture, Marie Montpetit, dans un communiqué de presse.

Plus de 45 % du porc exporté du Canada provient du Québec. L’industrie porcine québécoise emploie 26 500 personnes. Elle contribue à hauteur de 1,45 milliard au produit intérieur brut (PIB). En 2016, 80 pays ont importé des produits québécois du porc.