(Washington) Les prix à la consommation aux États-Unis ont modestement avancé en avril, en deçà des prévisions des analystes, selon l’indice des prix CPI publié vendredi par le département du Travail.

Agence France-Presse

L’indice n’a progressé que de 0,3 % après +0,4 % en mars, un niveau de hausse sur lequel misaient de nouveau les analystes.

Sur un an, les prix ont avancé de 2 %, se situant exactement sur la cible visée par la Réserve fédérale, un niveau que la Banque centrale estime sain pour l’activité économique.

La Fed prend toutefois davantage en compte l’indice des prix PCE basé sur les dépenses réelles des consommateurs qui est souvent inférieur au CPI, qui lui se base sur un panier type de la ménagère.

En mars, l’inflation annuelle selon l’indice PCE n’était qu’à 1,5 % et le chiffre d’avril ne sera publié que le 31 mai.

Le président Trump s’est immédiatement félicité de cette basse inflation dans un tweet matinal : « super indice des prix qui vient de paraître. Vraiment bien, vraiment une inflation basse ! On peut faire un tabac ».

C’est surtout à cause de la hausse des prix de l’énergie que l’indice a progressé, les prix de l’essence ayant grimpé de 5,7 % le mois dernier.

Les prix alimentaires en revanche qui avaient connu une hausse marquée en mars, ont reculé en avril, perdant 0,1 %.  

Sans les prix de l’alimentation et de l’énergie, l’indice mensuel n’a progressé que de 0,1 % pour le troisième mois d’affilée. Sur un an, cette inflation dite « sous-jacente » se situe à 2,1 %.

Plusieurs secteurs ont accusé une baisse des prix, notamment l’habillement pour le 2e mois consécutif, à -0,8 % en avril et -3 % sur un an. Les prix des véhicules d’occasion sont aussi dans le rouge depuis trois mois, à-1,3 % en avril.

Les prix des loyers en revanche continuent de progresser, signant encore une progression de 0,4 % sur un mois et de 3,4 % sur 12 mois.

Côté analystes, Chris Low de FTNFinancial insiste sur le fait que l’inflation « continue de se situer en dessous de la cible de la Fed », et Gregory Daco d’Oxford Economics prévoit que l’inflation « va rester contenue dans les mois prochains ».

Le président de la Fed Jerome Powell a pour sa part estimé que des « facteurs temporaires » expliquaient cette faiblesse de l’évolution des prix.  

Parmi ces facteurs, Ian Shepherdson de Pantheon Macroeconomics cite les commissions des services financiers, qui après avoir chuté dans le sillage de la volatilité des marchés à la fin de l’année dernière, sont nettement remontées ces deux derniers mois ce qui devrait se refléter bientôt dans l’indice des prix.