Après avoir vanté les mérites des rues du Vieux-Montréal et la vue imprenable du haut du mont Royal, il faut attirer les visiteurs d’ouest en est en faisant la promotion de Verdun et du quartier olympique où l’on pourrait implanter un nouvel hôtel, croit le grand patron de Tourisme Montréal, Yves Lalumière. Optimiste, il s’attend par ailleurs pour cette année à une augmentation de 2,3 % du nombre de touristes foulant le sol de la ville.

Nathaëlle Morissette
Nathaëlle Morissette La Presse

Développer les quartiers situés en dehors du circuit traditionnel reliant le Vieux-Montréal, le centre-ville et la montagne. Voilà l’objectif du président-directeur général de Tourisme Montréal, Yves Lalumière. « L’axe est toujours nord-sud », a illustré M. Lalumière au cours d’une entrevue tenue jeudi dans les bureaux de l’organisme qu’il dirige. « Il faut que les gens aillent de chaque côté. »

Verdun et le canal de Lachine comptent, selon lui, parmi les incontournables. Et il souhaite également mettre l’accent sur l’est de la ville et son quartier olympique. Un projet d’hôtel est-il dans les cartons ? « On aimerait ça, oui, affirme le grand patron de Tourisme Montréal. Je pense que ça va se faire dans les prochaines années. On a toute la clientèle sportive. On a de plus en plus de demandes. On a de belles installations. On travaille pour développer l’Est davantage. »

Augmentation du nombre de touristes

Par ailleurs, depuis 2015, le nombre de touristes qui débarquent dans la métropole est en constante augmentation. Les années 2017 et 2018 en ont attiré respectivement 10,8 millions et 11 millions, fracassant ainsi des records. Fort de ces chiffres, Yves Lalumière s’attend une fois de plus à une année faste avec une augmentation de 2,3 %. Il croit également que 2019 enregistrera la location de 10 000 chambres de plus que l’an dernier. En 2018, quelque 4 millions de chambres ont trouvé preneur.

Ses objectifs pour la prochaine année sont-ils réalistes ? « Je suis un peu le cheerleader de la destination », dit-il en riant.

Mais les nombreuses liaisons aériennes avec le Mexique et la Chine, les multiples efforts faits pour attirer des congressistes, la présence de la fameuse pyramide, premier projet artistique de Lune Rouge, la nouvelle entreprise de Guy Laliberté, ne sont que quelques-uns des arguments utilisés par le patron de Tourisme Montréal pour justifier ses prévisions de croissance.

Et il se plaît à rêver à de nouvelles liaisons qui amèneront encore plus de visiteurs en terre montréalaise : Séoul, Hong Kong, São Paulo.

« Il ne faut pas être trop humble, conclut Yves Lalumière. Montréal est une ville de calibre international. »