(Washington) Pour la première fois depuis presque 50 ans, le taux de chômage aux États-Unis est tombé à 3,6 % en avril, reculant de deux dixièmes de points par rapport à mars.

Agence France-Presse

Les créations d’emplois ont de nouveau été très soutenues à 263 000, dépassant largement les attentes des analystes qui étaient de 200 000, selon les chiffres officiels de l’emploi publiés par le département du Travail vendredi.

Ce plus faible taux de chômage depuis décembre 1969, où il était à 3,5 %, reflète de solides embauches dans de nombreux secteurs, allant des services professionnels aux entreprises au bâtiment en passant par la santé ou l’assistance sociale.

Un léger recul pour le deuxième mois d’affilée du taux de participation au marché du travail, qui est passé de 63 % en mars à 62,8 % en avril, a un peu aidé à faire baisser le taux de sans-emplois.

Le nombre de chômeurs a fléchi de 387 000 pour atteindre 5,8 millions, tandis que les travailleurs ne trouvant qu’un emploi à temps partiel restent nombreux à 4,7 millions.

La rémunération horaire moyenne a augmenté de 6 cents, installant la hausse sur un an à 3,2 %, ce qui est significativement au-dessus de l’inflation. Celle-ci s’est inscrite à 1,5 % en mars sur an, selon l’indice PCE.

Le département a légèrement révisé en baisse les créations d’emplois pour mars qui s’établissent finalement à 189 000 contre 196 000 estimées initialement.

Le taux de chômage des hommes est un peu plus élevé chez les hommes (3,4 %) que chez les femmes (3,1 %). Alors que celui des blancs est tombé à 3,1 %, celui des noirs est resté à 6,7 %, soit plus du double.