Cogeco poursuit sa croissance aux É.-U. en achetant MetroCast

Cogeco Communications financera cette acquisition par le biais... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Cogeco Communications financera cette acquisition par le biais de sa filiale Atlantic Broadband au moyen d'un financement par titres d'emprunt garanti provenant de deux banques et d'un placement en actions de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Cogeco Communications a réalisé la plus importante acquisition depuis sa fondation, il y a 60 ans, en complétant l'achat de MetroCast pour 1,4 milliard $ US afin de poursuivre sa croissance aux États-Unis.

Par l'entremise de sa filiale Atlantic Broadband, l'entreprise montréalaise avait déjà mis la main sur des actifs de ce câblodistributeur américain dans l'État du Connecticut en 2015.

Annoncée lundi, cette transaction conclue avec Harron Communications, société mère de MetroCast, permet à Cogeco de faire son entrée dans trois États, soit le New Hampshire, le Maine et la Virginie. Au total, Atlantic Broadband sera présente dans 11 États dans l'est des États-Unis.

«Il s'agit de plus petits marchés où la concurrence est plus fragmentée», a expliqué le président et chef de la direction de Cogeco, Louis Audet, au cours d'une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

En visant ses marchés, Atlantic Broadband est mieux outillée pour rivaliser avec des géants comme Comcast, qui préfèrent se concentrer sur des villes comme New York, Boston et San Francisco, a-t-il ajouté.

Si M. Audet estime que Cogeco met la main sur des actifs à la «fine pointe de la technologie», il précise qu'il y a toutefois du travail à faire avec MetroCast au chapitre de la croissance.

«La pénétration de certains services n'est pas optimale, a-t-il dit. Nous allons introduire les technologies d'Atlantic Broadband comme la plateforme TiVo en plus d'offrir des bouquets de services pour la télévision, l'internet et la téléphonie. Le propriétaire actuel ne mettait pas l'accent sur cela.»

MetroCast compte quelque 120 000 clients internet, 76 000 du côté de la vidéo et 37 000 autres du côté de la téléphonie.

Au total, les revenus annuels réalisés par Cogeco aux États-Unis devraient grimper de 33 pour cent, à 704 millions $ US, alors que son chiffre d'affaires consolidé devrait être d'environ 2,5 milliards $ CAN.

Parallèlement à la transaction, Atlantic Broadband s'attend à réaliser des bénéfices fiscaux dont la valeur actuelle est d'environ 310 millions $ US.

Afin d'acheter MetroCast, Cogeco a reçu 315 millions $ US de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) en échange d'une participation de 21 pour cent dans Atlantic Broadband.

Deux institutions financières ont également consenti des prêts au câblodistributeur québécois.

L'acquisition a été bien accueillie par les analystes financiers, même s'ils estiment que Cogeco a dû délier les cordons de sa bourse afin d'asseoir sa croissance aux États-Unis.

«Nous estimons que cette transaction constitue une bonne occasion pour accroître la taille des actifs de câblodistribution aux États-Unis en achetant une entreprise qui n'affronte pas beaucoup de concurrence sur le marché résidentiel», a souligné l'analyste Maher Yaghi, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note.

De son côté, Drew McReynolds, de RBC Marchés des capitaux, a estimé que l'acquisition de MetroCast ne déviait pas de la stratégie de croissance de Cogeco.

Par ailleurs, estimant que le cadre réglementaire américain était plus favorable à la création d'opérateurs de téléphonie mobile virtuels (MVNO), qui louent des services d'accès auprès d'entreprises de télécommunications sans fil dotées d'installations, M. Audet n'a pas fermé la porte à la possibilité d'offrir des services de téléphonie mobile aux États-Unis.

Toutefois, l'entreprise n'est pas encore «rendue à cette étape», a-t-il pris soin d'ajouter.

«Ce n'est pas à court terme parce qu'il y a amplement de croissance devant nous, a répondu M. Audet lorsque questionné à ce sujet. Le fait de ne pas avoir de téléphonie mobile ne freine pas la croissance des ventes.»

À court terme, au cours des 18 prochains mois, le grand patron de Cogeco a expliqué que l'entreprise comptait déployer ses efforts afin de réduire son niveau d'endettement. Par la suite, elle pourrait recommencer à considérer d'autres acquisitions.

La clôture de la transaction, qui est assujettie aux approbations réglementaires d'usage, est prévue en janvier 2018.

À la Bourse de Toronto, l'action de Cogeco a clôturé à 82,09 $, en hausse de 2,29 $, ou 2,87 pour cent.

L'historique de Cogeco aux États-Unis

- 2012: Cogeco met le pied aux États-Unis en acquérant Atlantic Broadband pour 1,36 milliard $ US alors que le huard est presque à parité avec le billet vert. Ce câblodistributeur est présent dans l'ouest de la Pennsylvanie, en Floride, au Maryland, au Delaware ainsi qu'en Caroline du Sud.

- 2015: L'entreprise québécoise élargit sa présence au sud de la frontière en proposant 200 millions $ US pour acheter des actifs de MetroCast au Connecticut.

- 2017 Cogeco annonce une entente de 1,4 milliard $ US avec la société mère de MetroCast pour acheter l'ensemble des actifs de ce câblodistributeur américain.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer