Source ID:73e27103-aafb-4184-9160-ccc9f8e5bf61; App Source:alfamedia

Les robots, ennemis ou amis?

En 2013, des chercheurs de l'Université d'Oxford ont... (photo jason lee, archives reuters)

Agrandir

En 2013, des chercheurs de l'Université d'Oxford ont prédit que 47 % des emplois dans les pays industrialisés risquaient d'être automatisés d'ici 20 ans.

photo jason lee, archives reuters

Richard Dupaul

Les Steelers de Pittsburgh, club emblématique de la NFL, ont un nouveau joueur : un robot qui fait les plaqués durant les entraînements pour éviter que les vrais joueurs se blessent...

En Australie, des troupeaux de vaches et de moutons sont gardés par des robots. Faute de postulants, des éleveurs ont acheté des machines intelligentes alimentées à l'énergie solaire et munies de capteurs pour repérer les animaux - et les bêtes malades - comme les meilleurs bergers...

Les robots vont-ils voler nos emplois?

Dans le monde industriel, la réponse de millions de travailleurs est de plus en plus « oui ».

D'où cette remarque récente de Carl Bask, patron d'Autodesk, un concepteur de logiciels 3D : « Les usines de l'avenir n'auront que deux employés : un travailleur et un chien. Le travailleur sera chargé de nourrir le chien, et le chien sera là pour empêcher le travailleur de toucher à l'équipement. »

Certes, les scénarios les plus angoissants circulent au sujet de la robotisation.

En 2013, des chercheurs de l'Université d'Oxford ont prédit que 47 % des emplois dans les pays industrialisés risquaient d'être automatisés d'ici 20 ans.

Récemment, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a dévoilé une étude qui vient tempérer ces sombres prédictions : le risque de l'automatisation pour les travailleurs est plutôt de 9 % en moyenne.

Mais le taux peut atteindre 12 % en Allemagne et en Espagne. Et une grande portion des emplois (plus de 30 % aux États-Unis et au Canada), sans être menacée, subira de profonds changements.

Le pessimisme était à son comble, le mois dernier, quand le géant taïwanais Foxconn, un fournisseur d'Apple, a annoncé le remplacement par des robots de 60 000 de ses 110 000 employés à ses usines de Kunshan, en Chine.

De quoi nourrir cette sombre vision : avec la mondialisation, les usines ont déménagé dans les pays émergents. Maintenant, les robots vont prendre les emplois qui restent.

ADIDAS RENTRE À LA MAISON

Mais la relation entre l'homme et les robots est plus complexe que ça. Les machines intelligentes peuvent être nos amies, soutiennent des experts.

À preuve : Adidas. Trente ans après avoir délocalisé sa production dans les pays en développement, la multinationale va rouvrir en 2017 une usine à la « maison », soit en Allemagne, pour fabriquer des chaussures de sport.

Le motif derrière ce « reshoring », qui désigne le retour au bercail des entreprises occidentales? Adidas se dotera d'une première usine entièrement robotisée, près d'Ansbach, en Franconie (Bavière).

Pour faire ses chaussures, Adidas n'aura que 300 salariés, en Allemagne et aux États-Unis, où une deuxième usine est également prévue. Ils s'occuperont de la surveillance et de la maintenance. Les robots feront le reste.

Adidas y voit plusieurs avantages : au lieu d'attendre trois mois une commande venue d'Asie, la célèbre marque pourra livrer des chaussures en quelques jours, voire en quelques heures. On imagine même des clients concevant dans les boutiques leur propre modèle avec l'ordinateur.

DU BON...

L'automatisation montre ainsi son bon côté.

Dans une analyse, un professeur à l'université américaine George Mason, Tyler Cowen, entrevoit le jour où l'automatisation entraînera un retour massif des fabricants sur leur marché intérieur.

«Pourquoi un pays riche devrait-il acheter d'un pays exportateur plus pauvre quand il peut produire des produits similaires à la maison sans supporter des coûts de main-d'oeuvre élevés?»

Tyler Cowen, professeur à l'Université George Mason

De plus, les machines intelligentes font éclore de nouveaux métiers, en informatique et en robotique d'abord, en plus de libérer les travailleurs des tâches plus ennuyeuses.

Au bout du compte, l'automatisation entraînerait des retombées de 30 milliards d'euros (45 milliards CAN) en France d'ici 10 ans, évalue le consultant Roland Berger. 

... ET DU MAUVAIS

Par contre, cette firme allemande avance aussi dans une nouvelle étude que la robotisation menace 1,5 million de travailleurs en Europe. Surtout les ouvriers peu qualifiés.

« Il y aura des perdants, surtout chez les moins nantis », a pour sa part dit l'ancien président de la Réserve fédérale Ben Bernanke, lors d'une conférence à Montréal en 2014.

« Ceux qui gagnent moins de 30 000 livres sterling [54 000 $CAN] par an risquent cinq fois plus d'être remplacés par des robots que ceux gagnant plus de 100 000 livres [180 000 $CAN] », ajoute la firme Deloitte-Oxford.

Une chose est certaine, le mouvement vers la robotisation semble irréversible.

Même la Chine y participe, avec les 66 000 robots qu'elle a achetés l'an dernier, soit une hausse de 16 % sur un an, selon l'International Federation of Robotics (IFR). C'est plus de deux fois ce qu'ont acheté les industriels américains (29 000).




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer