Source ID:; App Source:

Valeant visée par une enquête du Sénat américain

Une nouvelle tuile s'abat sur Valeant aux États-Unis, où la pharmaceutique fait... (PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Julien Arsenault
La Presse Canadienne

Une nouvelle tuile s'abat sur Valeant aux États-Unis, où la pharmaceutique fait l'objet d'une enquête du Sénat en lien avec les augmentations vertigineuses du prix de certains médicaments.

Un comité sénatorial spécial sur le vieillissement a confirmé mercredi avoir exigé des documents de la part de Valeant, de Turing Pharmaceuticals, ainsi que deux autres sociétés.

Cette autre mauvaise nouvelle a contribué à faire reculer une fois de plus l'action de la société lavalloise à la Bourse de Toronto, qui a clôturé en baisse 6,45 $, soit 5,1%, à 121,20 $.

Jusqu'à tout récemment, les préoccupations de la classe politique américaine à l'égard des augmentations de prix concernaient deux médicaments pour le coeur de Valeant.

Dans une lettre envoyée au président et chef de la direction de Valeant, Michael Pearson, le comité cherche également à obtenir de l'information sur le Cuprimine, utilisé pour traiter la maladie de Wilson, qui peut attaquer le foie en plus d'endommager le système nerveux.

Valeant a fait grimper les prix de ces trois médicaments aussitôt qu'elle a mis la main sur leurs droits. Dans le cas du Cuprimine, le prix a bondi de 3000%, atteignant 26 189 $ US pour 100 comprimés, souligne la missive du comité sénatorial.

«Nous demandons votre collaboration afin que le comité puisse mieux comprendre les augmentations ainsi que les inquiétudes du public», écrivent les sénatrices Susan Collins et Claire McCaskill.

Elles demandent à Valeant de fournir une multitude de documents, le nom des pays où les médicaments en question seront vendus au cours des deux prochaines années ainsi qu'une liste des prix correspondants.

Une audience devrait avoir lieu dans ce dossier le 9 décembre.

«Nous devons comprendre pourquoi il y a eu des hausses vertigineuses de prix qui n'ont rien à voir avec les coûts de recherche et développement», a estimé Mme McCaskill.

Par courriel, une porte-parole de Valeant, Laurie Little, a fait savoir que l'entreprise avait l'intention de coopérer avec le comité sénatorial.

«Valeant gère un important portefeuille de médicaments et les prix fluctuent en raison d'une multitude de facteurs, comme les coûts entourant le développement ainsi que d'autres complexités du système de remboursement (des médicaments)», écrit-elle.

Plusieurs élus du Congrès ont déjà critiqué le modèle d'affaires de Valeant, qui met la main sur de plus petites compagnies pour ensuite faire grimper le prix de leurs médicaments.

Les démocrates de la Chambre des représentants ont également demandé au président du comité sénatorial sur la surveillance et réforme gouvernementale de tenir un vote le 17 novembre sur sa proposition visant à faire parvenir des citations à comparaître à M. Pearson ainsi qu'au dirigeant de Turing Pharmaceuticals, Martin Shkreli.

Les démocrates veulent ainsi forcer M. Pearson à fournir des documents, qui, selon eux, sont retenus depuis plusieurs mois.

«Quand des dirigeants comme MM. Pearson et Shkreli déploient des stratégies abusives visant à s'enrichir (...) aux frais des patients et des hôpitaux, ils doivent répondre de leurs actions», font-ils valoir dans une autre lettre.

Valeant a déjà fait savoir ces dernières semaines qu'elle avait reçu des citations à comparaître de la part de procureurs américains fédéraux.

La multinationale a été secouée à la Bourse de Toronto, où son action a plongé de plus de 64% depuis le mois d'août à la suite de révélations ayant soulevé des questions sur son modèle d'affaires.

La firme spécialisée dans la vente à découvert Citron Research a notamment accusé Valeant d'avoir créé un réseau de «pharmacies fantômes» en ayant recours à des pharmacies affiliées à la compagnie Philidor, afin de gonfler artificiellement ses ventes et d'échapper à certaines vérifications.

La pharmaceutique avait rapidement réfuté ces allégations en plus de rompre ses liens avec Philidor la semaine dernière.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer