La présence de l'ancien ministre grec des Finances, le flamboyant Yanis Varoufakis à la télévision publique italienne RAI de laquelle il a reçu 24 000 euros pour une interview de 22 minutes a suscité un tollé en Italie.

Varoufakis AGENCE FRANCE-PRESSE

Le 27 septembre dernier, M. Varoufakis était l'invité d'une émission sur RAI 3 et pour participer à cette interview de 22 minutes il a reçu 24 000 euros et un billet d'avion en première classe, selon plusieurs médias italiens.

Le montant a été dévoilé par l'ex-ministre lui-même qui a indiqué sur son blogue les honoraires reçus lors des diverses conférences et interviews tenus ces derniers temps.

«C'est extrêmement grave, du jamais vu», a réagi Renato Brunetta, chef des députés de Forza Italia (FI), le parti de Silvio Berlusconi. «Mais les Italiens versent l'abonnement à la RAI pour payer Varoufakis? J'espère que non», a écrit sur Twitter Mara Carfagna, porte-parole de FI à la Chambre des députés.

Le plus douloureux pour les Italiens est que Yanis Varoufakis, à en croire son blogue cité par les médias italiens, avait participé trois jours avant l'interview à la RAI à un débat de 60 minutes sur la BBC pour lequel il n'avait reçu qu'un billet d'avion... en classe économique.

La RAI s'est défendue en affirmant que l'ex-ministre grec avait été contacté par la société produisant le programme, Endemol, cette dernière ayant négocié directement le montant du cachet.