Le groupe internet américain Yahoo!, dont la patronne Marissa Mayer tente depuis maintenant trois ans de relancer la croissance, a de nouveau publié mardi des résultats trimestriels décevants, qu'il a tenté de compenser avec un accord potentiellement prometteur avec Google.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Yahoo! va désormais pouvoir proposer sur ses plateformes dans toute une série de pays des résultats de recherche et des publicités fournies par Google. Ce dernier sera payé par Yahoo! pour les résultats de recherche, mais lui reversera une partie des recettes pour les publicités.

L'accord, qui vaut jusque fin 2018, n'empêchera pas Yahoo! de continuer à recourir en parallèle aux services similaires proposés par Microsoft, avec qui il avait révisé son partenariat plus tôt cette année.

Dans son communiqué mardi, Yahoo! assure que Microsoft reste «un partenaire solide», mais explique qu'il disposera ainsi de davantage de «flexibilité».

En attendant, le bénéfice net de Yahoo! s'est effondré de 99 % au troisième trimestre, à seulement 76 millions de dollars.

Il avait été gonflé l'an dernier par plusieurs milliards de dollars de recettes encaissées lors de l'entrée en Bourse d'Alibaba, dont Yahoo! est grand actionnaire.

Le chiffre d'affaires a progressé pour sa part de 7 % à 1,2 milliard de dollars. Mais le montant surveillé par les analystes, qui exclut les sommes reversées à des partenaires, ressort en baisse de 8 %, en dessous des attentes.

Marissa Mayer, citée dans le communiqué, a réaffirmé par ailleurs qu'une de ses «priorités» était la cession du reste de sa participation dans Alibaba.

Elle doit être transférée à une nouvelle société, Aabaco, dont Yahoo! distribuera les titres à ses actionnaires en tant que dividende exceptionnel, mais des incertitudes subsistent sur le traitement que les services fiscaux réserveront à l'opération.

«C'est un moment important pour le groupe et nous continuons de nous efforcer de finaliser la scission aussi vite que possible», a indiqué la directrice générale.