Source ID:; App Source:

Québecor: des actionnaires demandent une enquête à l'AMF

Selon des actionnaires mécontents, le prix d'acquisition de... (PHOTO ANNE GAUTHIER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon des actionnaires mécontents, le prix d'acquisition de Vision Globale de 118 millions est «exagéré» et serait entre autres motivé par les aspirations politiques de Pierre Karl Péladeau, l'actionnaire de contrôle de Québecor.

PHOTO ANNE GAUTHIER, ARCHIVES LA PRESSE

Conflits d'intérêts, gestion douteuse, acquisition controversée de Vision Globale: des actionnaires en colère viennent tout juste de déposer une demande d'enquête contre Québecor (T.QBR.B) et Groupe TVA (T.TVA.B) auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Comme La Presse Affaires le révélait il y a deux semaines, les actionnaires minoritaires de Groupe TVA digèrent très mal l'acquisition de Vision Globale (Studios Mel's) pour 118 millions de dollars.

Ces investisseurs, qui incluent la firme de placement Jarislowsky Fraser, possèdent 48% des actions de Groupe TVA, mais aucun droit de vote. Or, cette transaction sera financée par une émission de droits de souscription d'environ 100 millions, qui viendra diluer le capital-actions de la société. 

Visées politiques 

Selon ces actionnaires mécontents, le prix de 118 millions est « exagéré » et serait entre autres motivé par les aspirations politiques de Pierre Karl Péladeau, l'actionnaire de contrôle de Québecor.

« L'acquisition projetée semble également avoir été motivée par d'autres raisons que le bon sens des affaires, notamment par les motifs largement publicisés liés aux ambitions politiques de l'actionnaire de contrôle de Québecor, Pierre Karl Péladeau, et ceux qui sont affichés sur sa page Facebook », indique le communiqué diffusé jeudi peu avant midi.

Ils ajoutent que l'acquisition de Vision Globale « n'apparait pas alignée stratégiquement sur les opérations de diffusion de TVA et ne semble pas offrir une synergie significative avec celles-ci », en plus de faire porter des risques financiers importants sur la société. 

Outre Jarislowsky Fraser, le groupe d'actionnaires insatisfaits comprend Gestion d'actifs Lester inc., Chou Associates Management Inc., Gestion capital Coerente inc. et Gestion d'actifs Burgundy ltée.  Ils détiennent 48% des actions de catégorie B de Groupe TVA et 23% du total des capitaux propres. 

La demande d'enquête formulée à l'AMF porte sur Québecor Inc., Québecor Média (QMI) et Groupe TVA. Une démarche similaire est aussi envisagée auprès de la Bourse de Toronto (TSX), selon nos informations.

Conflits d'intérêts

En plus de déplorer la transaction intervenue entre Groupe TVA et Vision Globale - qui subit ces jours-ci un examen du Bureau de la concurrence -, les actionnaires minoritaires dénoncent différents « conflits d'intérêts » au sein de la direction de Québecor et de ses filiales.

« De nombreux membres de la haute direction de TVA, de QMI et de Québecor sont des employés de ces trois sociétés à la fois, indique le communiqué. Depuis la création récente du Groupe Média de Québecor, la structure organisationnelle de TVA est devenue confuse à ce point que cette dernière ne fonctionne plus comme entité indépendante. »

Le mode de rémunération des dirigeants de TVA pose aussi problème, affirment ces investisseurs.

« De nombreux membres de la haute direction de TVA détiennent des options d'achat d'actions de QMI, l'actionnaire de contrôle de TVA, représentant des incitatifs financiers qui peuvent être sources de sérieux conflits d'intérêts entre les intérêts de la direction de TVA et ceux de ses actionnaires minoritaires », font-ils valoir.

Enfin, les nombreuses transactions financières intervenues entre TVA et d'autres entités contrôlées par Québecor se font au détriment des actionnaires minoritaires, affirment ces derniers.

« Le 31 juillet 2014, Québecor a annoncé la création de son Groupe Média dans le cadre de laquelle les opérations de TVA ont été entièrement intégrées à diverses autres activités appartenant à QMI, résultant en l'acquisition « de facto » de TVA par QMI sans le consentement des actionnaires minoritaires de TVA ni versement de quelque compensation que ce soit à ces derniers », peut-on lire dans les documents.

Le porte-parole de l'AMF, Sylvain Théberge, a confirmé qu'une demande d'enquête a bel et bien été reçue. «Comme pour chaque demande de cette nature, le dossier sera analysé par nos équipes et l'Autorité ne fera aucun commentaire supplémentaire.»

Le porte-parole de Québecor n'était pas en mesure de commenter ce dossier jeudi matin.

Le titre de Groupe TVA s'échangeait à 7,14$ à 11h23 à la Bourse de Toronto, en hausse de 2,0%. Il valait plus de 10$ au début de l'année.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer