Nautilus Plus s'offre la Place Ville Marie

Richard Blais, PDG de Nautilus Plus, se réjouit d'ouvrir un... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Richard Blais, PDG de Nautilus Plus, se réjouit d'ouvrir un nouveau centre dans un endroit facilement accessible l'hiver.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Nautilus Plus s'implante à Place Ville Marie. Depuis ce matin, sa clientèle peut s'entraîner dans un espace de 14 000 pieds carrés autrefois occupé par la Banque Royale. Un endroit convoité par la direction depuis plusieurs années. «Ivanhoé Cambridge nous a accommodés en nous permettant notamment d'avoir un local additionnel, explique Richard Blais, PDG de Nautilus Plus. C'est une localisation de choix, car des milliers de personnes circulent à cet endroit quotidiennement. Elles n'ont pas besoin de se vêtir l'hiver pour y avoir accès. C'est un marché captif exceptionnel.»

Avec l'ouverture de ce 41e centre, Nautilus Plus augmente sa présence au centre-ville. Cette fois, c'est un investissement de 1,5 million qui lui permet d'avoir une sixième adresse au coeur de Montréal. «L'investissement est supérieur à la normale à cause des normes de construction, souligne Richard Blais. Il fallait oeuvrer de nuit, entre autres.»

Du coup, Nautilus Plus ajoute un point de vente pour ses nouveaux plats Zéro Diète. Car, un an après la publication du livre de recettes du même nom, l'entreprise propose désormais à ses membres une gamme de repas et collations congelés. «On veut prendre notre place dans le marché de la perte de poids, soutient Richard Blais. On a analysé les joueurs dans ce marché. Ils ont tous des plats cuisinés.»

Les 6 repas d'environ 400 calories vendus 7,99$ et 8,99$, concoctés avec l'aide du transformateur alimentaire Industrie Gastronomique Cascajares, et les collations produites par Première Moisson trouvent 600 preneurs quotidiennement. Et ce, trois semaines seulement après leur lancement officiel. Nautilus bonifiera de six autres repas sa gamme Zéro Diète en 2015.

Les épiceries sont-elles dans sa ligne de mire? «À moyen terme, répond Richard Blais. On vient de créer une business de toutes pièces qui a nécessité un investissement de plusieurs centaines de milliers de dollars. Ce sont des plats chers à produire pour nous. Il faudrait avoir suffisamment de volume avant d'entrer dans les épiceries. Il y aura probablement un test en 2015.»

Ce qui est assuré, estime le PDG, c'est que Zéro Diète pèsera de plus en plus lourd dans le chiffre d'affaires de 46 millions de l'entreprise, qui souhaite plus que jamais se différencier de la concurrence. «Je suis un éducateur physique de formation, précise-t-il. On a forcément une vision très influencée par les études qu'on a eues. Les exploitants de la majorité des centres de conditionnement physique n'ont pas de telles formations. Ici, il y a 400 entraîneurs personnalisés diplômés et 150 nutritionnistes.»

-------------

1200

Nombre d'employés

41

Nombre de centres

1978

Année de création

46 millions

Chiffre d'affaires




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer