Le Bureau de la concurrence estime que l'arrivée d'un quatrième fournisseur national de services sans fil pourrait profiter à l'économie canadienne et aux consommateurs à hauteur d'un milliard de dollars par année.

Publié le 15 mai 2014
LA PRESSE CANADIENNE

Le Bureau a mis de l'avant ce calcul dans un exposé destiné au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), demandant que des mesures soient mises en place pour augmenter le niveau de concurrence dans ce secteur, dominé par trois grands joueurs.

Les plus grandes sociétés de services sans fil - Rogers [[|ticker sym='T.RCI.B'|]], Bell [[|ticker sym='T.BCE'|]] et Telus [[|ticker sym='T.T'|]] - exercent une puissance commerciale assez importante sur le marché pour maintenir leurs prix au-dessus des niveaux concurrentiels pendant une période significative, a estimé le Bureau de la concurrence.

En outre, les géants du secteur ont la possibilité d'imposer des prix élevés pour les services sans-fil mobiles de gros à leurs concurrents, services dont ces derniers ont besoin pour servir leurs clients.

Selon le Bureau de la concurrence, le CRTC devrait s'assurer que les nouveaux venus ont accès aux services de gros avec des mesures réglementaires, si et quand elles sont jugées nécessaires.