Source ID:; App Source:

Sony cesse de distribuer des livres numériques à l'étranger

Une liseuse Kobo... (Photo Daniel Roland, archives AFP)

Agrandir

Une liseuse Kobo

Photo Daniel Roland, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TOKYO

Le géant japonais de l'électronique Sony a indiqué jeudi s'apprêter à fermer ses librairies de livres numériques en Europe et en Australie après avoir déjà fait de même aux États-Unis et au Canada, quittant ainsi le marché étranger de la distribution d'ouvrages en ligne.

Comme il l'a déjà fait en mars pour l'Amérique du Nord, il va transférer à partir de mi-juin ses clients vers le site de vente du concurrent canadien Kobo, filiale du groupe japonais Rakuten.

Dans un message présent sur les sites de Grande-Bretagne, Allemagne, Autriche et Australie, Sony écrit: «le Reader Store (nom de la boutique en ligne) fermera le 16 juin».

Le groupe affirme «être désolé de dire au-revoir au Reader Store», mais être «heureux de faire savoir que les clients vont être transférés à Kobo», fournisseur de livres électroniques et liseuses.

Sony considère qu'il n'a pas réussi à gagner suffisamment de parts de marché pour continuer à jouer un rôle dans ce domaine face à Amazon ou Kobo.

Sony continue néanmoins pour l'heure de tenir une librairie virtuelle au Japon, mais il n'en aura plus à l'étranger à compter de juin.

De son côté Kobo, qui gère un espace de ventes de livres sous sa marque et agit en tant que prestataire pour d'autres, propose environ 4 millions de références (livres, magazines, journaux) pour ses propres liseuses et tablettes numériques ainsi que pour celles d'autres firmes ou pour des téléphones intelligents. Créée en 2009, la société Kobo revendique une présence en ligne dans quelque 190 pays.

L'annonce de Sony sur les livres électroniques intervient juste avant la présentation la semaine prochaine des résultats annuels du groupe puis de ses objectifs à moyen terme. Récemment, Sony a mis en oeuvre un énième plan de restructuration qui comprend la cession de l'activité des PC, le placement dans une nouvelle entité filiale de la production/vente des TV et la suppression de quelque 5000 emplois (dont 3500 à l'étranger).




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer