Source ID:; App Source:

Le ton monte entre eBay et Carl Icahn sur l'avenir de PayPal

Carl Icahn détient seulement 2,15% d'eBay, mais cela... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

Carl Icahn détient seulement 2,15% d'eBay, mais cela lui suffit pour jouer les trublions, comme dans la plupart des sociétés où investit ce milliardaire de 78 ans.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie ESTIENNE
Agence France-Presse
NEW YORK

Le ton monte entre eBay et l'investisseur américain Carl Icahn qui multiplie les attaques personnelles contre les dirigeants du géant du commerce en ligne pour tenter d'obtenir une scission de la filiale de paiements PayPal.

Carl Icahn détient seulement 2,15% d'eBay. Mais cela lui suffit pour jouer les trublions, comme dans la plupart des sociétés où investit ce milliardaire de 78 ans: sa fortune s'est construite à coup d'opérations boursières hostiles et de joutes médiatiques avec des dirigeants d'entreprises.

eBay avait révélé fin janvier que l'investisseur réclamait une séparation de PayPal, rejetant immédiatement l'idée.

Le bras de fer s'est durci cette semaine, avec pas moins de trois lettres ouvertes de Carl Icahn en quatre jours, et autant de réponses d'eBay qui campe sur son refus.

Accusations autour de la vente de Skype

Les attaques du milliardaire sont très personnelles: elles visent la compétence et l'intégrité du directeur général, John Donahoe, et de deux membres du conseil d'administration, Scott Cook et Marc Andreessen.

C'est ce dernier, un investisseur spécialisé dans le capital-risque très écouté dans la Silicon Valley, siégeant aussi au conseil d'administration d'autres géants du secteur technologique comme Facebook ou HP, qui est sa cible principale.

Carl Icahn l'accuse depuis lundi de conflits d'intérêt «inacceptables», parce qu'il a des relations avec pas moins de 5 concurrents d'eBay qu'il a «financés ou conseillés», ainsi que pour son rôle lors de la cession du service de messagerie par internet Skype.

Selon lui, eBay prévoyait une introduction en Bourse mais Marc Andreessen a «préempté» l'opération et racheté en 2009 avec un groupe d'investisseurs 70% de Skype pour 1,9 milliard de dollars. Dix-huit mois plus tard, Microsoft payait 8,5 milliards de dollars pour l'ensemble de la société. Pour Carl Icahn, les actionnaires d'eBay ont ainsi perdu 4 milliards de dollars de plus-value, encaissée à leur place par le groupe entourant Marc Andreessen.

Scott Cook se voit reprocher ses liens avec Intuit, une entreprise en partie active dans les paiements dont il est co-fondateur, ex-patron et toujours membre du conseil d'administration. Quant à John Donahoe, il est «complètement endormi» ou «ferme les yeux», selon Carl Icahn qui dit «s'interroger sur son jugement».

eBay répond que le milliardaire déforme la réalité. «Tiens t'en aux faits, Carl», lançait le groupe mercredi dans un communiqué. «Carl Icahn ne s'encombre pas de la vérité s'il a une bonne histoire. Ses lettres et interviews aux médias sont peut-être divertissantes, mais pas factuellement justes».

eBay affirme en particulier que Marc Andreessen s'est récusé lors des discussions sur Skype, et que son fonds était très minoritaire (3%) dans le consortium d'acheteurs.

Jeudi, le cofondateur d'eBay Pierre Omidyar, toujours président du conseil d'administration et premier actionnaire avec 8,4% du capital, a dénoncé à son tour des attaques «fausses et trompeuses»: «Carl Icahn fait des allégations sans fondement, entachant délibérément l'intégrité de notre direction», et ce «au lieu d'avoir une discussion honnête sur un sujet raisonnable».

Rachats d'actions plutôt que scission?

La méthode est typique du milliardaire, habitué à occuper l'espace médiatique à grand renfort de déclarations péremptoires par des lettres ouvertes, des communiqués boursiers ou des messages sur Twitter.

Il n'obtient pas toujours ce qu'il veut, mais ses interventions provoquent souvent une hausse du cours de Bourse et des versements exceptionnels aux actionnaires, un scénario qui pourrait se répéter avec eBay.

Car les analystes ne croient pas à une scission de PayPal. Ceux de Bank of America évoquent en revanche"une probabilité accrue de mesures favorables aux actionnaires»: eBay a 3,2 milliards de dollars de liquidités aux Etats-Unis, et pourrait rapatrier une partie des 8,3 milliards disponibles à l'international ou emprunter pour financer des rachats d'actions, avancent-ils.

«Peut-être que l'entreprise s'en sortira en payant un dividende», suggère aussi le site d'analyses 247WallSt.com. «En fin de compte, les actionnaires d'eBay seront probablement gagnants même si Carl Icahn n'arrive pas totalement à ses fins avec PayPal».

Leurs titres se sont déjà dans tous les cas appréciés d'environ 8% cette semaine.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer