Depuis plusieurs années, le Tricolore est la troisième équipe parmi les plus rentables de la LNH avec une valeur de 775 millions US. Le consortium mené par la famille Molson a payé 575 millions CAN pour le CH, le Centre Bell et evenko en 2009. Le journaliste Michael Ozanian, de Forbes, croit que le CH, qui a généré des profits de 29,6 millions sur des revenus de 127 millions durant la saison 2013, pourrait bientôt dépasser les Rangers de New York au deuxième rang. «Le Canadien signera bientôt un nouveau contrat de télé, tandis que les Rangers auront une concurrence accrue des Islanders quand ils déménageront à Brooklyn en 2015», dit-il.

Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

Vive les droits locaux de télé!

Pourquoi les Devils et les Islanders restent-ils dans la grande région de New York malgré leurs difficultés aux guichets (moins de 14 200 spectateurs par match cette saison)? En raison de leurs revenus locaux de télé: ils sont ex-aequo au cinquième rang du circuit Bettman à ce chapitre avec 24 millions US par saison. Les Maple Leafs génèrent 41 millions US en revenus locaux de télé, les Rangers, 35 millions, le Canadien, 33 millions, les Red Wings, 30 millions et les Canucks, 25 millions. Selon Forbes, chaque contrat de télé local venant à échéance devrait rapporter environ le double à l'équipe. Celui du Canadien avec RDS se termine justement à la fin de la présente saison...

Pas de pertes au Canada

Aucune des sept équipes canadiennes n'a perdu de l'argent la saison dernière. En guise de comparaison, 11 des 23 équipes américaines ont perdu de l'argent (52,6 millions au total). En 2011-2012, 13 des 30 équipes du circuit Bettman avaient perdu de l'argent, et 18 équipes avaient été déficitaires en 2010-2011. Pour la première fois depuis que Forbes s'intéresse aux finances de la LNH (en 1998), trois équipes canadiennes se classent dans le top 5 des équipes les plus riches. L'équipe canadienne la moins riche, les Jets de Winnipeg, est au 16e rang avec une valeur de 340 millions.

Le top 3 plus rentable que les autres réunies

Si moins d'équipes de la LNH ont perdu de l'argent, il y a une réalité financière qui n'a pas changé dans la LNH avec la nouvelle convention collective: l'inégalité de richesse au sommet de la pyramide. Ensemble, les trois équipes les plus riches (les Maple Leafs, les Rangers et le Canadien) ont fait plus de profits (105,6 millions) que les 27 autres équipes de la LNH réunies (104,7 millions). À noter que la dernière saison a été écourtée par le lock-out, chaque équipe disputant 48 matchs au lieu de 82. Ce sont toutefois les séries éliminatoires qui sont le plus rentables (pas besoin de payer les joueurs), et celles-ci n'ont pas été écourtées.

La Bourse, le meilleur et le pire

La valeur des équipes de la LNH augmentera-t-elle de 46% encore l'an prochain? Ce serait étonnant. La Bourse américaine vient de connaître une excellente année (" 28% pour l'indice S&P 500). Si son élan est stoppé, le ratio valeur-profits de ses entreprises diminuera et il y aura un effet d'entraînement au sein des équipes sportives qui ne sont pas en Bourse. «Si la Bourse ralentit et que les entreprises perdent globalement de la valeur, alors je serais surpris que la valeur des équipes de la LNH continue d'augmenter comme ça, dit Michael Ozanian, de Forbes. Probablement que la valeur des équipes restera alors stable.»

Des champions déficitaires?

Durant les dernières séries éliminatoires, le propriétaire des Blackhawks de Chicago, Bill Wirtz, déclarait que son équipe perdrait de l'argent cette saison. Forbes estime plutôt que les Blackhawks ont généré des profits de 25,6 millions US la saison dernière. «[M. Wirtz] ne ment pas, mais il oublie certains détails», dit M. Ozanian. Par exemple, que certains revenus (les loges, notamment) sont comptabilisés dans une autre entreprise détenue conjointement avec les propriétaires des Bulls.