Le chef de la direction de BlackBerry (T.BB), Thorsten Heins, pourrait recevoir jusqu'à 55,6 millions de dollars si le fabricant de téléphones intelligents est vendu et que son poste de haut dirigeant est confié à quelqu'un d'autre, selon des documents déposés auprès des autorités réglementaires.

Publié le 16 août 2013
LA PRESSE CANADIENNE

En vertu des clauses de son contrat, M. Heins recevrait une compensation de 7,5 millions de dollars en guise de salaire et primes, 72 000 $ d'avantages et d'épargne-retraite ainsi que 48 millions de dollars de primes en actions, en fonction du cours du titre de l'entreprise à la fin de son dernier exercice financier.

BlackBerry a annoncé cette semaine que son conseil d'administration avait entrepris un processus qui pourrait se traduire par la vente de la société, des partenariats ou d'autres choix stratégiques.

L'examen stratégique est mené par Timothy Dattels, qui s'est joint l'an dernier au conseil d'administration de BlackBerry. M. Dattels est aussi un associé principal chez TPG Capital, l'une des plus importantes sociétés de placement privé au monde.

L'assureur canadien Fairfax Financial et son chef de la direction, Prem Watsa, qui détiennent approximativement 11 % des actions de BlackBerry, font partie des noms évoqués en tant qu'éventuels acheteurs.

M. Watsa a quitté le conseil d'administration de BlackBerry, lundi, en raison d'éventuels conflits d'intérêts.

Si M. Heins était évincé de son poste sans changement de contrôle chez BlackBerry, il recevrait une compensation de 22 millions de dollars.

L'action de BlackBerry a reculé vendredi de 44 cents, soit 3,9 %, pour clôturer à 10,86 $.