Source ID:369022; App Source:cedromItem

Cogeco n'a pas peur du géant Netflix

Louis Audet...

Agrandir

Louis Audet

Sylvain Larocque
La Presse

(Montréal) Le grand patron de Cogeco, Louis Audet, ne craint pas Netflix outre mesure.

«Nous sommes moins pessimistes que nos confrères», a déclaré M. Audet jeudi, à l'issue d'un discours prononcé devant le Cercle finance et placement du Québec.

Bell invoque la présence grandissante du service américain de vidéo sur demande au Canada pour justifier son projet d'acquérir Astral Media au coût de 3,4 milliards de dollars. De son côté, Vidéotron a récemment lancé illico Club à volonté pour rivaliser avec Netflix.

«C'est sûr qu'avec TVA, Vidéotron a une base de droits [de diffusion] qui lui permet de faire ce genre de choses et c'est très bien, a précisé Louis Audet. De là à dire, nous, qu'on sent que Netflix est une menace épouvantable, bien franchement non. C'est un service complémentaire. Les gens ne lâchent pas le câble pour autant. Ceux qui le font, c'est un pourcentage minuscule. Et quand ils le font, ils restent avec nous pour le service internet.»

Cogeco perd des clients en câblodistribution, mais c'est principalement en raison de la concurrence accrue de Bell, a expliqué M. Audet. Bell offre désormais son service de télédistribution Fibe sur une grande partie du territoire de Cogeco au Québec et en Ontario.

Vente d'actions

Le dirigeant a par ailleurs soutenu qu'il ne fallait pas voir de «grande manoeuvre de dessaisissement» dans la décision récente de sa famille de vendre près de la moitié de ses actions subalternes de Cogeco pour environ 18 millions. La transaction fait suite à la mort en novembre du père de Louis Audet, Henri, qui a fondé Cogeco en 1957.

«La famille Audet demeure engagée à assurer la croissance et l'indépendance de Cogeco», a-t-il affirmé, notant qu'après la transaction, le holding familial, Gestion Audem, détiendra toujours plus de 70% des droits de vote de l'entreprise.

Tout indique que Rogers Communications ne fait pas partie des acquéreurs du bloc d'actions. Il faut dire que le géant torontois possède déjà 39,8% des actions subalternes de Cogeco et 32,5% des actions subalternes de la filiale Cogeco Câble.

Les acheteurs «sont des joueurs financiers, mais je ne connais pas leur nom», a dit M. Audet.

Celui-ci n'a pas voulu révéler où les 18 millions allaient être réinvestis.

L'action de Cogeco (T.CGO) a clôturé à 41,83$ jeudi, en baisse de 0,5%, alors que celle de Cogeco Câble (T.CCA) a terminé la séance à 45,21$, en hausse de 0,5%, à la Bourse de Toronto.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer