C'est le fantasme de tout entrepreneur en recherche de financement : tomber nez à nez avec un investisseur aux poches profondes dans un ascenseur, et avoir la chance de lui vendre sa salade le temps du trajet.

Philippe Mercure LA PRESSE

Ce rêve, des Montréalais s'apprêtent à l'offrir à des centaines d'entrepreneurs du monde technologique. Et pas question d'utiliser un simple ascenseur de centre commercial.

« On commence le 31 janvier prochain dans l'ascenseur de la Tour du CN, à Toronto, annonce en grande pompe Philippe Telio, l'homme derrière l'idée. Ensuite, on vise ceux des grandes tours de New York, Chicago, Dubaï, Paris. «

Ce projet un peu fou s'inscrit dans le cadre du Festival international des startups de Montréal, un événement lui-même particulièrement fertile aux idées déjantées susceptibles d'aider et de donner de la visibilité aux entreprises en démarrage.

Le concept derrière cette nouvelle « tournée mondiale des ascenseurs « va comme suit. Les organisateurs choisiront 100 entreprises en démarrage à la recherche de financement parmi les applications qu'ils recevront.

Les heureux élus auront ensuite la chance de monter et descendre les 147 étages de la Tour du CN, à Toronto, en compagnie d'investisseurs - et des vrais. La Banque de développement du Canada, l'accélérateur d'entreprises montréalais Founder Fuel et le fonds de capital-risque québécois iNovia, notamment, ont déjà confirmé qu'ils se prêteront au jeu.

L'affaire se veut un clin d'oeil aux « présentations d'ascenseur «, une expression qui décrit les plaidoyers de vente en accéléré que les entreprises doivent souvent faire aux investisseurs dont le temps est compté pour les convaincre de financer leurs projets.

« L'affaire est davantage une occasion pour les entreprises de peaufiner et tester leur présentation d'ascenseur, un exercice essentiel dans le monde des entreprises en démarrage, dit Philippe Telio. Cela dit, il est loin d'être exclu que de vraies affaires se brassent sur place. Personne ne va signer de contrat dans l'ascenseur. Mais pour les entreprises, c'est une occasion d'impressionner et d'obtenir une rencontre plus tard. Malgré son caractère ludique, je peux vous dire que certaines entreprises prennent la chose très au sérieux. «

Si les plans vont comme prévu, Toronto ne sera que la première étape. Le choix des autres ascenseurs et les dates d'ascension ne sont pas encore fixés, mais les organisateurs disent avoir l'oeil sur la Sears Tower de Chicago, l'Empire State Building de New York, la Seattle Space Needle, la Tapei 101 à Taiwan, la tour Eiffel, le Burj Dubaï et l'ascenseur de Hammetschwandl - le plus haut ascenseur extérieur d'Europe qui grimpe le long d'une falaise surplombant le lac Lucerne, en Suisse.

Microsoft embarque

Ce n'est pas la première fois que Philippe Telio prend l'expression «présentation d'ascenseur» au sens littéral. Celui qui est notamment connu comme le fondateur du Festival international des start-up de Montréal organise depuis deux ans de telles présentations dans un ascenseur du Vieux-Montréal, qui sont toujours très courues. Chaque année, les entrepreneurs font la file pour y participer.

« Quand j'ai vu le succès du concept, je me suis dit qu'il fallait le pousser plus loin», dit M. Telio. Pour l'aider dans son projet, il s'est allié avec Microsoft Canada, l'un des principaux commanditaires du Festival international des start-up.

« Microsoft a un programme appelé BizSpark spécialement consacré aux entreprises en démarrage. Mais pour nous, c'est important d'avoir aussi une présence sociale et de participer aux événements et de soutenir les nouvelles initiatives «, a expliqué à La Presse Affaires Christian Beauclair, directeur du programme BizSpark au Canada.

Devant les grands-mères

Le concours vise aussi évidemment à faire mousser la popularité du Festival international des start-up de Montréal à l'étranger. À chaque événement organisé dans une grande tour du monde, les investisseurs identifieront l'entrepreneur qui a livré la meilleure présentation. Celui-ci se verra remettre un laissez-passer, incluant les frais de voyage, pour le festival montréalais, qui a lieu en juillet. Un grand gagnant parmi tous ceux-là sera désigné lors de l'édition 2014 du festival. En plus des présentations d'ascenseur, celui-ci fait toujours beaucoup parler de lui avec son jury de grands-mères, de véritables grands-mamans qui débarquent sur place pour forcer les entrepreneurs technos à évacuer le jargon de leurs discours.

« Notre objectif est clair : faire connaître le Festival et toute la scène montréalaise à l'international, et tisser des liens entre notre communauté et les autres «, dit M. Telio.