L'action du fabricant de filtres antibactériens Noveko (T.EKO) a repris de la vigueur jeudi après l'annonce par l'entreprise québécoise du renouvellement de l'appui de ses prêteurs.

Sylvain Larocque LA PRESSE CANADIENNE

Dans un communiqué, Noveko a indiqué que ses prêteurs et leur agent, Third Eye Capital, avaient renoncé à l'une des nouvelles conditions rattachées à sa facilité de crédit et à ses débentures, soit celle exigeant que le cours de clôture minimum quotidien des actions de l'entreprise ne descende pas sous les 12 cents, et ce, jusqu'au 31 août.

En début d'après-midi, l'action de Noveko s'appréciait d'un demi-cent ou 4,6% pour s'échanger à 11,5 cent, à la Bourse de Toronto. En cours de séance, elle a atteint 12 cents, soit un gain de neuf pour cent.

Mercredi, le titre avait dégringolé de plus de 26% après le dévoilement de résultats financiers décevants et l'annonce d'un «processus d'évaluation stratégique» de chacun de ses secteurs d'activités.

L'entreprise envisage plusieurs avenues: des restructurations d'activités, des monétisations d'actifs, voire des désinvestissements. Elle a déjà amorcé des discussions avec des «partenaires potentiels» qui pourraient prendre en charge ses activités de commercialisation de désinfectants et de masques et lui permettre de «réaliser la valeur» de ses stocks.

Noveko poursuit par ailleurs ses démarches en vue d'obtenir le financement nécessaire pour renflouer son fonds de roulement.

L'entreprise, qui emploie une centaine de personnes, développe, fabrique et commercialise des produits dérivés de ses technologies brevetées de filtration antimicrobienne, principalement des filtres à air et des masques, ainsi que des désinfectants pour les mains. Elle fabrique aussi des échographes portatifs pour la médecine humaine et animale.