Le fabricant canadien de BlackBerry, Research In Motion (TSX:RIM), aurait offert d'installer un système d'analyse de données en Inde pour permettre aux agences de sécurité du gouvernement d'intercepter les messages encodés de ces appareils, a rapporté jeudi le journal The Economic Times of India.

LA PRESSE CANADIENNE

Le journal économique cite une note interne du ministère indien de l'Intérieur.

La note écrite par l'adjoint du ministre, Arvind Kumar, indique que la «solution finale» proposée par RIM ferait en sorte que le décodage serait automatique et que les messages interceptés et décodés ne seraient pas accessibles hors de l'Inde.

L'Inde avait donné à la compagnie canadienne jusqu'au 31 janvier pour en arriver à une solution relativement aux craintes que des messages encodés sur BlackBerry puissent être utilisés par des terroristes et menacer la sécurité du pays.

L'entreprise installée à Waterloo, en Ontario, a dit à plusieurs reprises ne pas avoir accès aux messages encodés sur ses téléphones intelligents et soutenu qu'elle ne concluerait d'ententes particulières d'accessibilité avec aucun pays.

RIM transmet des courriels et des messages instantanés encodés pour les clients d'affaires par l'entremise d'un de ses multiples serveurs.

L'Inde avait retiré fin octobre sa menace d'interdire les populaires services des appareils Blackberry, alors que les inquiétudes internationales augmentaient à propos de l'accessibilité à l'information encodée.