Le géant Torstar serait sur le point de perdre son principal partenaire financier, ce qui pourrait mettre en péril son offre d'achat pour les journaux mis en vente par les créanciers de Canwest, selon ce que rapporte vendredi le quotidien Globe and Mail.

LA PRESSE CANADIENNE

Fairfax Financial, la richissime compagnie d'assurances qui s'est associée à Torstar pour tenter de mettre la main sur ces journaux, aurait décidé de ne plus financer la transaction, selon ce qu'a appris le quotidien torontois.

Les publications de Canwest comprennent 11 quotidiens comme le National Post et le Ottawa Citizen, ainsi que 35 journaux communautaires.

Au coeur du problème se trouve le financement que Fairfax espère mettre sur pied. Les journaux sont mis en vente par les créanciers de Canwest - dont certaines des plus grandes banques du Canada - qui espèrent récupérer une partie des 950 millions qui leur sont dus.

L'offre de Torstar propose un règlement entièrement en espèces, ce qui la rend très attrayante pour les créanciers. Toutefois, Fairfax veut maintenant financer le tout avec une combinaison d'actions et de financement bancaire, ce qui pose problème.

Les banques relancées par Fairfax hésitent à financer l'achat de journaux déficitaires, et elles n'arrivent pas à s'entendre avec Fairfax concernant la structure d'un prêt éventuel.

Selon les sources du Globe and Mail, Fairfax aurait indiqué qu'une offre ne sera pas présentée si les banques ne lui proposent pas des conditions de financement plus favorables.

Fairfax détient 19% des actions sans droit de vote de Torstar, mais cet investissement a perdu 175 millions de sa valeur l'an dernier quand les titres médiatiques se sont effondrés. De plus, Fairfax avait acheté une participation de 22% dans Canwest avant que l'entreprise ne se place à l'abri de ses créanciers l'automne dernier.

Torstar est propriétaire du Toronto Star et de 97 autres journaux en Ontario. Il deviendrait l'éditeur le plus important du Canada si la transaction est complétée. Si Fairfax se retire de la course, seulement quatre offres resteraient sur la table, les enchères devant prendre fin vendredi soir.

Lors d'une conférence téléphonique vendredi, les dirigeants de Fairfax - qui discutaient du bénéfice trimestriel de 290,2 millions US déclaré jeudi - ont refusé de commenter les informations du Globe and Mail.