Le groupe de presse New York Times (NYT) a annoncé jeudi avoir dégagé un bénéfice net supérieur aux attentes au premier trimestre, grâce à ses programmes de réduction de coûts et à un retour des annonceurs.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe qui possède The New York Times, International Herald Tribune, Boston Globe et 15 autres quotidiens, a enregistré un bénéfice de 12,8 millions de dollars.Il était tombé dans le rouge au premier trimestre 2009, encaissant une perte de 74,5 millions de dollars à la suite d'un effondrement de près de 30% de ses recettes publicitaires. Mais grâce à un bon quatrième trimestre, ses comptes sur l'ensemble de 2009 avaient été positifs.

Rapporté au nombre d'actions et hors éléments exceptionnels, le bénéfice du premier trimestre 2010 est de 8 cents, dépassant légèrement les attentes des analystes à 5 cents.

Le chiffre d'affaires a reculé de 3,2% sur un an à 588 millions de dollars, mais est en hausse de 11,5% par rapport au dernier trimestre.

«Nous avons assisté au cours de ce trimestre à une augmentation des dépenses des annonceurs dans nos journaux, nos sites internet et nos autres plate-formes», s'est félicité la PDG Janet Robinson dans un communiqué.

«Encore une fois le strict contrôle des coûts a contribué à l'amélioration de nos performances opérationnelles», a-t-elle ajouté.

Le groupe, qui a procédé à une réduction de ses effectifs, a abaissé ses coûts opérationnels de 18% ce trimestre à 535,2 millions.

Comme les autres entreprises de presse, le groupe New York Times souffre du déclin de la publicité et du fait que les lecteurs délaissent de plus en plus les journaux traditionnels pour les gratuits ou les sites internet.

Le New York Times a d'ores et déjà annoncé que son site internet, l'un des consultés des États-Unis, serait payant début 2011.

À la Bourse de New York, vers 12h30, le titre cédait 3,45% à 12,30 dollars.