Bien qu'elle demeurera solide, la croissance économique du Québec se chiffrera à 2,2% en 2010 et à 2,7% en 2011, prédit la Banque CIBC, ce qui placera la province loin derrière la Saskatchewan, la Colombie-Britannique et Terre-Neuve-et-Labrador.

LA PRESSE CANADIENNE

Après avoir affiché une meilleure performance que la moyenne nationale au cours des deux dernières années, l'économie du Québec connaîtra un fléchissement en raison de la faiblesse de certains secteurs clés, peut-on lire dans le plus récent rapport de Marchés mondiaux CIBC.

Selon Warren Lovely, économiste principal de la CIBC, la moyenne nationale du produit intérieur brut au Canada, sera de 2,3% en 2010, et de 3% en 2011.

M. Lovely rappelle que le secteur de la fabrication au Québec a été moins frappé par la récession grâce à sa diversification et au fait qu'il dépend peu de l'automobile.

En revanche, fait remarquer l'économiste, la foresterie est toujours en déclin, le secteur de l'aluminium doit composer avec une nouvelle capacité de production à l'échelle mondiale, le secteur du raffinage a perdu de son importance et la demande a également diminué dans l'aérospatiale.

Selon les auteurs du rapport, la reprise économique ne sera pas uniforme dans l'ensemble du pays. Grâce à la vigueur de ses secteurs du pétrole, de la potasse, de l'agriculture et de l'uranium, la Saskatchewan devrait afficher la meilleure croissance économique au pays en 2010, avec une augmentation de son PIB de 3%.

L'économie de la Colombie-Britannique se classera au deuxième rang en 2010 avec une croissance de 2,8% grâce à la vigueur de son secteur des ressources. Le PIB de Terre-Neuve-et-Labrador devrait grimper de 2,6%, aidé par une hausse des dépenses de consommation et des investissements commerciaux.

Le produit intérieur brut de l'Ontario devrait croître de 2,4% en 2010 tandis que les provinces maritimes afficheront des gains honnêtes, bien que peu spectaculaires en 2010-2011.