Source ID:; App Source:

Corus Entertainment dépasse les attentes malgré tout

Paul Arcand, qui anime l'émission Puisqu'il faut se... (Photo: Archives La Presse)

Agrandir

Paul Arcand, qui anime l'émission Puisqu'il faut se lever sur les ondes de Corus Radio.

Photo: Archives La Presse

Michel Munger
La Presse

(Montréal) La vente d'une division n'arrive pas à contrebalancer des gains fiscaux qui ne se sont pas répétés pour Corus Entertainment (T.CJR.B), qui déclare des profits en baisse de 18% au deuxième trimestre.

Ainsi, le diffuseur dévoile un profit de 29 millions de dollars ou 36 cents par action, comparativement à 35,4 millions un an plus tôt.Corus précise qu'un gain de 7,2 millions sur la vente de ses activités en audio résidentiel a été plus que contrebalancé par le fait qu'un gain fiscal de 13,2 millions du deuxième trimestre l'an dernier ne s'est pas répété.

Si l'on exclut les éléments inhabituels, Corus déclare un profit de 29 cents par action. C'est trois cents de plus que les attentes des analystes consultés par l'agence Bloomberg.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 1% à 181,4 millions. La télévision a bonifié ses revenus de 5% tandis qu'un recul de 6% a été constaté en radio.

Malgré les difficultés économiques, le PDG John Cassaday s'est dit satisfait des résultats. «Des marques fortes, une programmation supérieure, des contrôles rigoureux des coûts et de multiples sources de revenus ont aidé à contrebalancer les effets d'un marché publicitaire cycliquement plus faible.»

L'action de Corus a terminé la séance de mardi à 13,83 $ au TSX.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer