Les ventes en gros se sont contractées de 4,2% en janvier au Canada par rapport au mois précédent pour se chiffrer à 41,1 milliards de dollars en raison du repli du secteur des produits automobiles.

LA PRESSE CANADIENNE

Selon les données de Statistique Canada, en excluant les produits automobiles qui ont affiché une baisse de 22,9% pour s'établir à 5 milliards, les ventes en gros dans l'ensemble ont fléchi de 0,9% en janvier.La baisse du secteur de l'automobile, qui a été la plus importante de tous les secteurs, a représenté environ 80% du recul total du commerce de gros.

En outre, les ventes de véhicules automobiles ont diminué de 30% pour se fixer à 3,4 milliards, soit leur plus bas niveau depuis août 1996. Ce repli a été principalement attribuable à la faible demande des consommateurs au Canada comme aux États-Unis.

Des baisses ont également été notées dans le secteur des matériaux de construction, soit 6,2%, et dans celui des machines et des fournitures électroniques, soit 2,8%.

Parmi les provinces, l'Ontario, qui génère environ la moitié de l'ensemble des ventes en gros, a été particulièrement touchée, avec un repli de 9,7% en janvier. Plus de la moitié de cette baisse a été imputable au recul du secteur des produits automobiles, a souligné Statistique Canada.

Au Québec, les ventes sont restées stables, à 8,2 milliards, de décembre à janvier, alors qu'au Nouveau-Brunswick, elles ont augmenté de 2,5%.

Pour leur part, les stocks sont restés à peu près inchangés en janvier, après 10 mois de hausses successives, alors que le ratio des stocks aux ventes est passé de 1,36 en décembre à 1,42 en janvier.

Il s'agit du ratio le plus élevé observé depuis janvier 1996. Le ratio des stocks aux ventes est une mesure du temps, en mois, qu'il faudrait pour épuiser les stocks au rythme actuel des ventes.

Par rapport à janvier 2008, les ventes des grossistes canadiens, calculées en dollars, ont reculé de 5,2%.