La société Globalive Wireless Management, propriétaire des services d'appels interurbains et internet Yak, a annoncé lundi l'embauche de plus 1000 personnes à la grandeur du pays au cours des 12 mois à venir, alors qu'elle tente de s'imposer comme nouveau fournisseur national de services sans fil.

LA PRESSE CANADIENNE

Globalive a indiqué lundi avoir officiellement obtenu du ministère fédéral de l'Industrie des fréquences du spectre sans fil, et dit s'attendre à lancer son service sans fil plus tard cette année.

L'entreprise de Toronto a rappelé avoir été sélectionnée comme récipiendaire provisoire lors de la récente vente aux enchères du spectre réservé aux services sans fil évolués organisée par le gouvernement fédéral, à la suite d'un investissement de plus de 442 millions $.

Ottawa a tenu une vente aux enchères qui a ouvert la porte, l'an dernier, à de nouvelles entreprises qui se feront la lutte au sein de l'industrie canadienne de la téléphonie cellulaire, actuellement dominée par Rogers [[|ticker sym='T.RCI.B'|]], Bell Mobilité [[|ticker sym='T.BCE'|]] et Telus [[|ticker sym='T.T'|]].

Globalive figure au nombre des nouveaux venus avec des entreprises régionales telles que Quebecor [[|ticker sym='T.QBR.B'|]], qui compte lancer son propre réseau via son service de câblodiffusion Vidéotron, ainsi que Public Mobile, de Toronto.

Shaw Communications [[|ticker sym='T.SJR.B'|]], qui possède la plus importante entreprise de câblodistribution de l'Ouest du pays, a également acheté une partie du spectre, mais n'a pas encore fait part de son intention de lancer son réseau sans fil.

En plus de l'embauche de personnel, Globalive a indiqué vouloir procéder à un «investissement financier significatif» en développant son nouveau réseau à travers le pays.