Le «gigolo suisse» condamné à six ans de prison il y a une semaine en Allemagne pour avoir fait chanter des femmes fortunées dont l'héritière de BMW, a renoncé à aller en appel.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Helg Sgarbi, 44 ans, surnommé «le gigolo suisse» par la presse, avait plaidé coupable et reconnu d'emblée «l'essentiel» des faits qui lui étaient reprochés.L'accusation n'ayant pas non plus l'intention d'interjeter appel, «la sentence est exécutoire à partir de mardi», a indiqué un porte-parole depuis Munich, où le tribunal a rendu son verdict le 9 mars au terme d'un procès d'une journée.

Il a été condamné pour avoir extorqué 9,4 millions d'euros (15,5 milliards CAN) à quatre femmes riches rencontrées et séduites dans des hôtels de luxe, dont 7 millions d'euros à Susanne Klatten, 46 ans, la femme la plus riche d'Allemagne et héritière du constructeur automobile BMW.

Le Suisse ne pourra bénéficier d'aucune réduction de peine car il n'a pas révélé où se trouvait son butin.

Sgarbi «empruntait» sous de faux prétextes de l'argent à ses richissimes conquêtes féminines. Après avoir rompu avec elles, il les faisait chanter en menaçant de publier des images de leurs relations intimes prises à leur insu.