En raison notamment de la rentabilité décroissante du Réseau TVA et d'une augmentation des frais d'exploitation, le Groupe TVA (T.TVA.B) perd 13 M$ ou 48 cents par action lors du quatrième trimestre de l'année 2006.

Michel Munger

En raison notamment de la rentabilité décroissante du Réseau TVA et d'une augmentation des frais d'exploitation, le Groupe TVA [[|ticker sym='T.TVA.B'|]] perd 13 M$ ou 48 cents par action lors du quatrième trimestre de l'année 2006.

Le groupe médiatique enregistre des revenus stables à 120 M$. Ses flux de trésorerie provenant de l'exploitation se sont soldés à 8,2 M$, contre une sortie de fonds de 4,7 M$ à la même période un an plus tôt.

Selon la direction, les profits d'exploitation du Réseau TVA ont chuté du tiers et les revenus publicitaires ont baissé de 3,7%. De plus, les charges d'exploitation ont bondi de 10,7%.

«Cette situation vient confirmer notre stratégie de s'ajuster à la nouvelle réalité et de migrer d'une situation de diffuseur conventionnel à un diffuseur et producteur de contenu multi plate-forme», dit le PDG Pierre Dion.

«La croissance des coûts d'exploitation des dernières années se doit d'être contenue et nous travaillons à nous doter d'une plus grande flexibilité opérationnelle pour parvenir à celle-ci», ajoute le dirigeant.

Pour l'ensemble de l'exercice, l'entreprise montréalaise enregistre un gain de 3,1 M$ ou 12 cents par action, comparativement à un gain de 28,4 M$ en 2005.

Au 31 décembre, TVA détenait une encaisse de presque 3 M$, soit une hausse de 68% comparativement à pareille date en 2005. La dette à long terme a diminué de 10% à 96,5 M$.

Le conseil d'administration de TVA déclare un dividende de 5 cents par action, qui sera payé le 15 mars aux actionnaires inscrits le 28 février.

L'action du Groupe TVA gagnait 0,3% à 15,30 $ mardi après-midi au TSX.