Ce n'est peut être pas ce qui fait vivre l'agriculteur québécois. Mais depuis 12 ans, les fameux paniers bios d'Équiterre viennent annuellement donner un coup de pouce non seulement aux producteurs agricoles, mais aussi à l'agriculture durable.

Réjean Lacombe

Ce n'est peut être pas ce qui fait vivre l'agriculteur québécois. Mais depuis 12 ans, les fameux paniers bios d'Équiterre viennent annuellement donner un coup de pouce non seulement aux producteurs agricoles, mais aussi à l'agriculture durable.

Cette année, les dirigeants d'Équiterre évaluent que 26 000 consommateurs québécois participeront «au plus important réseau d'agriculture soutenue par la communauté (ASC) au monde».

Depuis 12 ans, les paniers bios sont devenus des incontournables au Québec. Isabelle Joncas, chargée de projet en ASC chez Équiterre, constate que cette année, on retrouvera 99 fermes et 341 points de livraison répartis dans 13 régions québécoises.

D'une année à l'autre, ce projet fait des petits. Si bien que l'on ne peut pas négliger l'aspect économique de l'ASC. Selon une étude réalisée par Équiterre, les retombées économiques de ce réseau sont évaluées à 3,8 millions $.

«Sur les 508 entreprises agricoles certifiées biologiques au Québec, précise Mme Joncas, 20 % font partie du réseau ASC et près de la moitié des fermes maraîchères biologiques québécoises mettent en marché sous cette formule.»

Pour bon nombre de jeunes agriculteurs qui font leurs premiers pas en agriculture, cette formule est d'un précieux secours. Équiterre souligne que 100 % du dollar versé par le citoyen consommateur revient directement au producteur agricole.

«De plus, rajoute Mme Joncas, pour chaque dollar de revenus en ASC, 45 ¢ sont consacrés au paiement de salaires, incluant celui des propriétaires, alors qu'en moyenne sur les fermes du Québec, c'est seulement 12 ¢ pour chaque dollar qui sont consacrés aux salaires. C'est donc dire que la formule ASC crée trois fois plus d'emplois que ne le fait l'industrie agricole québécoise.»

La formule mise de l'avant par Équiterre n'est pas compliquée. Elle permet aux producteurs agricoles de prévoir leur production pour un nombre déterminé de personnes à l'avance avec des revenus connus et assurés. Selon les instigateurs, la formule ASC permet aussi de diminuer les pressions qu'exerce le marché sur ces fermes.

Les consommateurs désireux de participer à cette formule peuvent assister à des rencontres d'information qui auront lieu de la mi-mars à la mi-mai.

«Le réseau d'ASC d'Équiterre, explique Mme Joncas, représente une solution efficace pour soutenir le milieu agricole québécois, pour renforcer les liens de solidarité entre producteurs et "citoyens mangeurs" et pour consommer des produits frais, sains et sans pesticides à juste prix.»

Dans la région de Québec, de Portneuf, de Beauce, de la Chaudière-Appalaches et de Charlevoix bon nombre d'agriculteurs participent à ce projet. On peut connaître le nom et l'adresse des producteurs participants en consultant le site Internet d'Équiterre qui est www.equi terre.org/agriculture/paniers bios.