Les banques canadiennes s'apprêtent à dévoiler certains des pires résultats trimestriels de récente mémoire grâce à des pertes subies en raison de la crise financière mondiale, couronnant une année déjà difficile et préparant le terrain pour ce qui s'annonce comme une autre période difficile pour le secteur bancaire, auparavant stable.

Brenda Bouw

Les banques canadiennes s'apprêtent à dévoiler certains des pires résultats trimestriels de récente mémoire grâce à des pertes subies en raison de la crise financière mondiale, couronnant une année déjà difficile et préparant le terrain pour ce qui s'annonce comme une autre période difficile pour le secteur bancaire, auparavant stable.

Pour les consommateurs canadiens, dont 95 pour cent font affaire avec les six principales grandes banques du pays, les millions de dollars de pertes rendront encore plus difficiles et plus coûteux les emprunts d'argent.

«Ca va être pas mal terrible pour tout le monde», a affirmé Chris Blumas, analyste de Morningside, au sujet des résultats devant être dévoilés à compter de mardi.

Les résultats du quatrième trimestre et de fin d'exercice concernent les périodes terminée le 31 octobre, dont le dernier mois est perçu comment ayant été l'un des pires de l'histoire pour les marchés, avec une chute de valeur de près de 20 pour cent rien qu'à la Bourse de Toronto.

Au moins deux banques ont préparé les investisseurs à de mauvaises nouvelles.

La semaine dernière, la Banque Scotia (TSX:BNS) a annoncé qu'il lui faudrait inscrire une charge de 595 millions $ à ses résultats du quatrième trimestre en raison de la crise qui a ébranlé les marchés financiers. La Banque TD (TSX:TD) a de son côté fait savoir que ses résultats comprendraient des pertes de négociation de crédit d'environ 350 millions $.

La Banque de Montréal (TSX:BMO) sera la première institution à rendre publics ses résultats, mardi. Elle sera suivie par la Banque Scotia, le 2 décembre, la Banque TD, la Banque CIBC (TSX:CM) et la Banque Nationale (TSX:NA), toutes les trois le 4 décembre, de même que la Banque Royale (TSX:RY), le 5 décembre.

M. Blumas a dit s'attendre à ce que chacune des banques annonce de lourdes pertes pour le quatrième trimestre.

«Certaines des banques ont subi des chocs au fil du temps, mais il est plutôt sans précédent de voir toute l'industrie être secouée de cette façon», a-t-il déclaré.