Avec le marché américain en récession, Victoriaville a décidé de s'offrir un bureau de représentation... en Pologne!

Stéphane Paquet

Avec le marché américain en récession, Victoriaville a décidé de s'offrir un bureau de représentation... en Pologne!

René Thivierge, de la Corporation de développement économique des Bois-Francs, se rappelle de la réaction des élus de la région quand il leur a proposé l'ouverture d'un bureau à Wroclaw: «Êtes-vous malades?» s'est-il fait demander.

Et puis, une autre question: Pourquoi pas?

L'idée est venue du commissaire industriel à l'exportation, Mark P. Tame, qui a déjà brassé des affaires en Pologne. Aujourd'hui, il parle des fonds structurels européens comme les maires des grandes villes causent des programmes d'infrastructures. Avec ces fonds, la Pologne dépensera quelque 88 milliards d'euros, dit-il, pour remettre ses infrastructures au niveau européen. «Si on prend seulement 1% de ces 88 milliards...» salive déjà M. Tame.

Pour y arriver, les gens des Bois-Francs se sont associés à l'Agence de coopération de la Basse-Silésie, qui accueille une employée payée par la région.

Cette employée, d'origine polonaise, doit aiguiller les entreprises de la région vers des contrats éventuels et effectuer le suivi de dossiers. Déjà, après quelques mois, 13 entreprises se sont dites intéressées à payer les 2000$ pour avoir ce service.

Drummondville aussi s'offre des services à l'international. Elle a opté pour la France, dans la région de Nantes. Un pied de nez au personnel d'Investissement Québec et autres chargés d'affaires des délégations québécoises et ambassades canadiennes. «Après trois ans, les employées (de Québec et Ottawa) sont rapatriés et envoyés ailleurs, se plaint Marc Dupont, de la Société de développement économique de Drummondville. Après trois ans, ils commencent à être bons...»

Dans le cas de Drummond, il s'agit d'un échange d'employés avec La Roche-sur-Yon. Drummondville accueille donc depuis février un employé français dans ses bureaux. L'agent de développement François Guérinel a déjà réussi à attirer un petit fabricant de peintures français, Simab, qui doit bientôt s'installer dans l'incubateur industriel.

-7200

Alors que le Québec s'est remis à créer des emplois dans le secteur manufacturier en 2008 (+9800, données désaisonnalisées), le Centre-du-Québec, lui, en a perdu 7200. Ces pertes sont en partie compensées par les gains dans la construction et les services.

Sources: Desjardins, Études économiques et Statistique Canada

62,1%

Le taux d'emploi dans la région est supérieur à celui du Québec. Pour la province, il s'établit à 61% pour les 9 premiers mois de l'année.

Source: Desjardins, Études économiques

7,8%

Le taux de chômage est en progression de 0,7 point de pourcentage depuis le début de l'année.

Source: Desjardins, Études économiques

689

Le nombre d'entreprises manufacturières et de grossistes/distributeurs a progressé de 56 dans la MRC de Drummond entre 2004 et 2007 pour s'établir à 689. À la fin de l'an dernier, elles employaient 17 755 personnes.