Le holding Gestion ACE Aviation (T.ACE.A) annonce qu'il a largement doublé ses pertes lors d'un premier trimestre un peu plus difficile pour son industrie.

Michel Munger

Le holding Gestion ACE Aviation [[|ticker sym='T.ACE.A'|]] annonce qu'il a largement doublé ses pertes lors d'un premier trimestre un peu plus difficile pour son industrie.

La perte s'élève à 182 M$ 2,96 $ par action et se compare à une perte de 72 M$ à la même période l'an dernier.

La compagnie a enregistré une provision de 125 M$ pour les enquêtes sur le fret, 89 M$ en pertes de change, 38 M$ en charge de dépréciation du matériel volant mais elle a gagné 89 M$ sur la vente de parts de Jazz [[|ticker sym='T.JAZ.UN'|]].

Mais ACE constate aussi une perte d'exploitation de 152 M$, contre 29 M$ un an plus tôt.

Les revenus de la compagnie ont augmenté de 3,8% à 2,73 G$.

«Je suis heureux des résultats d'exploitation du trimestre et des progrès réalisés par ACE en ce qui concerne sa stratégie de liquidation», dit Robert Milton, PDG de Gestion ACE Aviation.

«Air Canada a dégagé de son exploitation de très solides résultats malgré le défi que pose la hausse des prix du carburant», ajoute M. Milton.

Au 31 mars, l'encaisse et les équivalents du holding s'élevaient à 1,25 G$, en baisse de 45% depuis le 31 décembre. La dette à long terme a été stable à 4 G$.

Aéroplan devient une société par actions

Par ailleurs, le Fonds de revenu Aéroplan [[|ticker sym='T.AER.UN'|]], une création d'ACE au moment de sa restructuration, va se convertir en société par actions.

L'entreprise qui exploite le programme de fidélisation d'Air Canada planifie qu'elle convertira chaque part de ses détenteurs en une action ordinaire sur la base d'un roulement non-imposable.

Aéroplan affirme que l'examen de cette question s'est entamé quand le gouvernement fédéral a modifié sa politique fiscale sur les fiducies de revenu à l'automne 2006. Et qu'il y a plusieurs avantages à récolter d'un tel changement de structure.

Cela permettrait d'éviter d'éventuels problèmes reliés à la restriction sur la propriété étrangère et de permettre un meilleur accès aux marchés des capitaux mondiaux afin de poursuivre sa croissance.

Aussi, Aéroplan optimiserait son effet de levier avec une structure lui permettant d'obtenir et de maintenir la cote de crédit la plus élevée possible.

«La réorganisation sera un jalon important dans notre évolution pour devenir le chef de file mondial de la gestion de la fidélisation», indique Rupert Duchesne, PDG d'Aéroplan.

«Ce changement de structure, dit-il, sera fondamental pour nous permettre d'atteindre nos objectifs stratégiques dans les années à venir, essentiellement en nous donnant une plus grande marge de manoeuvre pour saisir des occasions de croissance et d'acquisition attrayantes, et bénéficier d'un accès illimité aux marchés des capitaux et aux investisseurs étrangers.»

RBC Dominion valeurs mobilières et TD Valeurs Mobilières ont été les conseiller financiers d'Aéroplan en ce qui concerne la conversion.

Le plan doit toutefois recevoir les deux tiers des votes des détenteurs de parts, le feu vert de la Cour supérieure du Québec ainsi que l'aval des autorités réglementaires.

Si tout se déroule comme prévu, une circulaire sera envoyée aux détenteurs de parts à la fin de mai et la réorganisation sera ficelée aux alentours du 25 juin.

Aéroplan assure que le changement de structure n'affectera pas les distributions mensuelles de 7 cents la part pour les mois de mai et juin 2008.

Après coup, une politique de dividende trimestriel de 12,5 cents par action sera établie. Le premier dividende sera payable pour le trimestre clos le 30 septembre 2008.

Offre de rachat de 500 M$

Enfin, Gestion ACE Aviation lance une offre de rachat qui pourrait atteindre une valeur de 500 M$ et viser jusqu'à un peu plus de 23,8 millions d'actions.

Les titres de catégories A et B seront rachetés pour 21 $ à 24 $ jusqu'au 18 juin à 17h.