L'ancien PDG du groupe américain de matériel de télécommunications Brocade (BRCD) a été condamné mercredi à 21 mois de prison et 15 M$ d'amende pour avoir antidaté illégalement des options sur actions.

Mis à jour le 17 janv. 2008

L'ancien PDG du groupe américain de matériel de télécommunications Brocade [[|ticker sym='BRCD'|]] a été condamné mercredi à 21 mois de prison et 15 M$ d'amende pour avoir antidaté illégalement des options sur actions.

Gregory Reyes, 45 ans, PDG de Brocade de 1998 à 2005, avait été en juillet 2006 le premier dirigeant inculpé dans ce scandale qui secoue les entreprises américaines.

Après deux mois de procès devant un jury du tribunal fédéral de San Francisco, il avait été reconnu coupable en août.

Selon les médias américains, il est désormais le premier condamné à de la prison ferme.

Depuis 2005, les autorités américaines ont lancé une vaste série d'enquêtes auprès de plus de 100 entreprises, surtout dans le secteur des hautes technologies, pour sanctionner des fraudes dans la comptabilité des options sur actions commises depuis les années 1990.

La Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur boursier, veut s'attaquer à la pratique de l'antidatage, qui consiste à faire coïncider la date de la distribution des options sur actions avec le moment où le cours est le plus bas, pour que les bénéficiaires engrangent un profit maximum.

Si cette pratique n'est pas en soi illégale, elle doit être clairement annoncée aux actionnaires et intégrée dans les comptes, ce que n'auraient pas fait les entreprises mises en cause.

Les plus grands groupes et leurs patrons sont mis en cause: l'emblématique patron du groupe Apple [[|ticker sym='AAPL'|]], Steve Jobs, a dû s'excuser publiquement en octobre, reconnaissant avoir été au courant de telles pratiques mais sans en avoir profité.