Le marché canadien d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre (GES) pourrait atteindre une valeur allant jusqu'à 12 G$ annuellement, estime une récente étude de la Banque CIBC.

Presse Canadienne

Le marché canadien d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre (GES) pourrait atteindre une valeur allant jusqu'à 12 G$ annuellement, estime une récente étude de la Banque CIBC.

Dans son document, Marchés Mondiaux CIBC affirme que la Saskatchewan, l'Alberta et le Nouveau-Brunswick pourraient être les plus gros acheteurs de droits d'émissions, les économies du Québec et du Manitoba étant les vendeurs les plus probables, étant donné leurs volumes d'émission déjà faibles et l'expansion prévue des capacités de production d'électricité sans émissions.

Selon le rapport, la valeur marchande des plus de 410 mégatonnes d'émissions de CO2 rejetées directement par des sources industrielles et commerciales serait, dans l'hypothèse d'un prix minimal de 30 $ la tonne, supérieure à 12 G$.

Le rapport indique que la production d'électricité est souvent le déterminant le plus important de l'éventuelle exposition d'une province aux coûts liés aux émissions de gaz carbonique.

Les centrales au charbon sont les grandes coupables, produisant grosso modo deux fois plus d'émissions de GES par unité d'énergie produite que les centrales au gaz.

L'industrie pétrolière et gazière contribue également largement aux émissions de GES.

Depuis 1990, la croissance des émissions imputables à cette industrie a dépassé 50 %, soit facilement le double de la croissance des autres sources de GES combinées, indique l'étude.

Le rapport indique que depuis 1990, le Québec n'a contribué que pour 3 % à la croissance des émissions du pays et qu'il affiche le plus faible taux d'émissions de GES par unité de PIB réel de toutes les provinces canadiennes.

La Saskatchewan et l'Alberta contribuent pour 60 % à la croissance des émissions de GES alors qu'elles représentent moins de 15 % de la population nationale. Par rapport au PIB, les deux provinces produisent le plus d'émissions au pays.