Les résultats préliminaires (non-vérifiées) du 4e trimestre chez Loblaw (T.L) laissent entrevoir une importante baisse des profits, qui passent de 0,73 cents à 12 cents par action, une décrue de 289 M$ qui les portent à 105 M$, en comparant les 4e trimestres 2005 et 2006.

Jean-François Cloutier

Les résultats préliminaires (non-vérifiées) du 4e trimestre chez Loblaw [[|ticker sym='T.L'|]] laissent entrevoir une importante baisse des profits, qui passent de 0,73 cents à 12 cents par action, une décrue de 289 M$ qui les portent à 105 M$, en comparant les 4e trimestres 2005 et 2006.

C'est sans compter une charge additionnelle de 600 à 900 M$ qui devra être absorbée au quatrième trimestre à la suite d'une réévaluation de la valeur des avoirs de Provigo, achetée en 1998.

Les ventes augmentent au même moment de 3,5% pour se situer à 232 M$.

En tenant compte de la charge additionnelle mentionnée, on s'attend à ce que la marge de profit chute d'un pourcentage entre 7,3 et 11,7%.

Un certain nombre de facteurs ont joué dans cette diminution de la profitabilité de l'épicier, tels qu'un rétrécissement («shrink») de l'inventaire plus important que par le passé, un coût du travail plus élevé, une réduction du prix de la nourriture de 0,5%, des rabais plus importants, de même que la suspension de différents projets de développement et des investissement de 15 M$ dans l'amélioration de la chaîne de travail et de la technologie informatique.

En gros, Loblaw paie plus cher pour des biens qu'elle vend moins cher.

Loblaw a annoncé la fermeture de 19 épiceries Provigo au Québec récemment.