Metro (T.MRU.A) continue de souffrir de la guerre que se livrent les principaux acteurs du marché de l'alimentation en Ontario et son président sortant, Pierre H. Lessard, a décidé de rester pour aider la nouvelle direction à faire face à la situation.

Mis à jour le 30 janv. 2008
Hélène Baril

Metro [[|ticker sym='T.MRU.A'|]] continue de souffrir de la guerre que se livrent les principaux acteurs du marché de l'alimentation en Ontario et son président sortant, Pierre H. Lessard, a décidé de rester pour aider la nouvelle direction à faire face à la situation.

«Ma tâche sera d'assister le nouveau président pendant la période de turbulences que nous allons traverser», a dit mardi Pierre H. Lessard lors de l'assemblée des actionnaires de Metro, sa dernière à titre de président et chef de la direction.

Pierre H. Lessard a été nommé président exécutif du conseil d'administration.

À ce titre, il pourra au besoin se mêler des activités de l'entreprise qui sera dirigée à partir du 1er avril par Éric La Flèche, vice-président à la direction et chef de l'exploitation.

Le nouveau patron a du pain sur la planche. Avec l'acquisition de A&P, Metro est devenu le deuxième acteur du marché de l'alimentation en Ontario au moment où le premier, Loblaw, a entrepris de se battre contre Wal-Mart en coupant les prix.

La rentabilité de tous les concurrents a été affectée, dont celle de Metro.

Au trimestre, le bénéfice net de Metro a été de 69,7 millions de dollars, comparativement à 67,9 millions pour la même période de l'exercice précédent.

Cette hausse apparente de 2,7% est en réalité une baisse de 18,6%, compte tenu d'une réduction d'impôt de 11,4 millions comptabilisée dans les résultats.

C'est le deuxième trimestre consécutif de résultats décevants pour Metro. «Nous ne sommes pas contents de ces résultats», a dit mardi Éric La Flèche lors d'une téléconférence avec les analystes.

Les investisseurs ne sont pas contents non plus. Le titre de Metro a perdu près de la moitié de sa valeur au cours des derniers mois. Il a encore perdu 1,85$ mardi, pour finir la journée à 24$.

«Vous partez à un mauvais moment», a d'ailleurs dit le président du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires, Yves Michaud, à Pierre H. Lessard, après lui avoir reproché d'avoir enlevé l'accent aigu sur le e de Metro.

Pour mieux faire face à la concurrence sur le marché ontarien, Metro veut couper ses coûts et réduire le nombre de ses bannières.

Actuellement, l'entreprise à cinq bannières en Ontario (Dominion, A&P, Loeb, Ultra Food & Drug et The Barn Markets). Ce nombre sera réduit à un ou deux, a fait savoir Éric La Flèche. L'annonce de ce repositionnement est prévue au printemps.

L'analyste Perry Caico, de CIBC Marchés mondiaux, prédit encore six autres trimestres difficiles pour Metro, en raison des conditions difficiles sur le marché ontarien. Son prix cible pour l'action de Metro vient d'ailleurs d'être réduit de 34$ à 31$.