La société d'ingénierie SNC-Lavalin (T.SNC) sera impliquée dans la construction d'une usine d'aluminium pour Alcan (T.AL) en Afrique du Sud, dans le cadre d'un projet en deux phases évalué à 2,7 G$ US.

Michel Munger

La société d'ingénierie SNC-Lavalin [[|ticker sym='T.SNC'|]] sera impliquée dans la construction d'une usine d'aluminium pour Alcan [[|ticker sym='T.AL'|]] en Afrique du Sud, dans le cadre d'un projet en deux phases évalué à 2,7 G$ US.

C'est une coentreprise formée par SNC-Lavalin, la firme sud-africaine Murray & Roberts ainsi que l'ontarienne Hatch qui s'entendent avec Alcan pour un contrat de 100 M$ US couvrant la première phase située à Port-Elizabeth.

Alcan, de son côté, a lancé ce projet grâce à la coentreprise Coega, détenue à 15% par Industrial Dvelopment Corporation of South Africa et potentiellement à 5% par Broad-Based Black Economic Empowerment.

Le contrat décroché par SNC-Lavalin et ses partenaires couvre des études d'avant-projet, la conception initiale, des services d'ingénierie, d'approvisionnement et de gestion de la construction de l'usine.

Au départ, la capacité de production sera de 360 000 tonnes d'aluminium par année avec la technologie AP3X d'Alcan.

L'entente annoncée mercredi couvre aussi la deuxième phase du projet, qui devrait doubler la capacité de production.

«La coentreprise qui réunit SNC-Lavalin, Hatch et Murray & Roberts, offre une combinaison unique d'expertise technique et d'expérience, jumelé à sa présence en Afrique du Sud», explique Michel Jacques, PDG du groupe Alcan Métal primaire.

«SNC-Lavalin a participé au cours des 15 dernières années à l'ingénierie et à la construction de toutes les grandes usines d'aluminium d'Afrique du Sud», souligne pour sa part Pierre Duhaime, vice-président principal de SNC-Lavalin.

L'action d'Alcan a clôturé à 90,20 $ mardi à la Bourse de Toronto. Celle de SNC-Lavalin a terminé la séance à 40,50 $.