Les profits d'Alimentation Couche-Tard (T.ATD.B) ont plafonné durant l'exercice 2007 (terminé le 29 avril) à 196 millions US en dépit d'un chiffre d'affaires qui a dépassé le seuil des 12 milliards US (en hausse de 19%) sur un marché nord-américain difficile.

Laurier Cloutier

Les profits d'Alimentation Couche-Tard [[|ticker sym='T.ATD.B'|]] ont plafonné durant l'exercice 2007 (terminé le 29 avril) à 196 millions US en dépit d'un chiffre d'affaires qui a dépassé le seuil des 12 milliards US (en hausse de 19%) sur un marché nord-américain difficile.

Au quatrième trimestre, le bénéfice net a tout de même monté de 4,1%, à 33,4 millions US, et des ventes de 3 milliards US, en hausse de 12,6%.

Le marché boursier avait escompté les défis à relever, puisque le prix de l'action de Couche-Tard a chuté de 28$ à moins de 22$ depuis novembre 2006 à la Bourse de Toronto, après des années de bonne croissance.

Mardi, les investisseurs ont cependant bien accueilli les résultats, car l'action de Couche-Tard a terminé la séance boursière animée à 22,15$, en hausse de 79 cents, ou de 3,7%, avec un volume de 1,7 million d'actions échangées.

Le président de Couche-Tard, Alain Bouchard, s'est d'ailleurs déclaré satisfait des résultats, dans les circonstances, lors d'une présentation à plus d'une dizaine d'analystes et de journalistes, mardi, en compagnie du vice-président principal et chef de la direction financière, Richard Fortin.

MM. Bouchard et Fortin ont dû répondre à des questions pointues durant près de deux heures, au cours d'une téléconférence.

Plusieurs facteurs défavorables ont eu un impact sur les résultats de la deuxième chaîne de dépanneurs en Amérique du Nord, qui exploite 5513 établissements dont près des trois quarts aux États-Unis.

Facteurs négatifs

Outre la hausse du prix du carburant et des frais d'utilisation des cartes de crédit, la contrebande du tabac et la forte hausse de la taxe sur les cigarettes en Arizona ont affecté les profits de Couche-Tard.

Les pressions sur les salaires ont augmenté, en Alberta et aux États-Unis, et la concurrence est devenue féroce à la fois sur la bière, le lait et les produits frais.

Alain Bouchard a toutefois souligné que la hausse du potentiel de croissance par acquisitions de Couche-Tard, parce que des propriétaires de dépanneurs vont accepter plus facilement de négocier avec la chaîne de Laval.

Couche-Tard prévoit acheter 250 dépanneurs en 12 mois, peut-être dans des États non desservis. Le président compte en outre convertir 400 magasins au programme de rénovation Impact et en construire 60 autres.

La chaîne teste par ailleurs de nouveaux plats pour le petit déjeuner et le repas du soir à son dépanneur du métro Cartier, de Laval, dit Alain Bouchard.

Une dizaine d'autres magasins seront aménagés au Québec d'ici un an, avec de nouveaux comptoirs pour offrir ces repas, dont un situé dans l'Ouest de l'île et l'autre près du Centre Bell, souligne le vice-président à l'exploitation, Michel Bernard.

Depuis deux ans déjà, Couche-Tard vend des repas préparés dans l'Ouest canadien.