Après Talisman, Junex (V.JNX) confirme avoir trouvé elle aussi d'importants indices de gaz naturel en Mauricie, plus précisément à Champlain, près de Trois-Rivières.

Pierre Couture

Après Talisman, Junex [[|ticker sym='V.JNX'|]] confirme avoir trouvé elle aussi d'importants indices de gaz naturel en Mauricie, plus précisément à Champlain, près de Trois-Rivières.

«Il y a du gaz et il y a de la pression. C'est de bon augure», a fait valoir hier le vice-président des affaires corporatives de Junex, Dave Pépin.

En novembre, la société d'exploration de Québec disait avoir trouvé des traces de gaz naturel dans son puits de Champlain. «Après analyse, on pense que les quantités de gaz détectées pourraient être reliées à un réservoir plus profond», a précisé M. Pépin.

Le gaz naturel découvert par Junex se situe à des profondeurs variant entre 655 et 662 mètres. Avant de savoir si ce gisement trouvé peut justifier une exploitation commerciale, la société procédera à d'autres travaux de forage plus poussés, pouvant aller jusqu'à 900 mètres de profondeur.

Junex soutient que l'exploitation de son puits de Champlain pourrait se faire rapidement en raison de sa proximité avec les gazoducs exploités par Gaz Métro. Le puits Champlain pourrait également être converti à plus long terme en une zone de stockage souterrain de gaz naturel.

Sur les traces de Talisman

Active dans la recherche pétrolière depuis 2001, Junex détient un million d'acres sous permis d'exploration entre Québec et Montréal, dans les basses terres du Saint-Laurent.

La société espère trouver dans le secteur de Bécancour-Champlain la piste pouvant la mener à une découverte majeure.

«Notre bassin géologique, celui des Appalaches, est le même que l'on retrouve dans l'État de New York, là où des joueurs comme Talisman tirent des dizaines de millions de pieds cubes de gaz par jour», fait observer M. Pépin.

Il faut dire qu'à quelques kilomètres de son puits de Champlain, à Bécancour de l'autre côté du fleuve, Junex détient des permis d'exploration tout juste aux côtés du géant albertain Talisman et de la société Questerre.

La semaine dernière, Talisman et Questerre ont annoncé avoir découvert du gaz naturel dans la formation Trenton Black-River. Le puits Champlain no 1 de Junex se situe également dans le haut de la formation Trenton Black-River.

Pour l'heure, Talisman, dont la capitalisation boursière dépasse les 20 milliards $, parle d'un puits dans le secteur de Sainte-Sophie-de-Lévrard pouvant générer un débit journalier de 4,5 millions de pieds cubes de gaz naturel.

Junex pourrait bientôt démarrer dans ce secteur des travaux de forage. La société a en main un partenariat avec une firme américaine. La zone visée par l'entente regroupe quatre blocs de permis sur une superficie de 143 395 acres. «Les trouvailles de Talisman nous apparaissent très positives», croit M. Pépin.

Talisman est d'ailleurs convaincu que le sous-sol québécois partage d'étranges similitudes avec celui de l'État de New York, où la société albertaine a connu du succès au cours des dernières années.

Il y a deux ans, une filiale de Talisman, Fortuna Energy, a découvert dans le nord de l'État de New York un réservoir pouvant produire 38 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour. Fortuna est notamment reconnu dans l'industrie gazière pour avoir mis en pratique une nouvelle technologie de forage à l'horizontale.

Rappelons que Junex détient quatre millions d'acres sous permis d'exploration dans le bassin des Appalaches. En Gaspésie, la société fait aussi de l'exploration. Elle a réussi à extraire l'an dernier en partenariat avec la société Pétrolia près de 500 barils de pétrole d'assez bonne qualité d'un de ses puits situés près de Gaspé.

Mercredi, à la Bourse TSX croissance, le titre de la société a terminé la journée à 1,09 $, en hausse de 5 cents.