Autre indice de la mauvaise santé économique de la région sherbrookoise, c'est à Sherbrooke que le taux d'augmentation du nombre des faillites ou des propositions concordataires a été le plus élevé parmi les grands centres urbains du Québec, en 2006 comparativement à 2005.

Gilles Fisette

Autre indice de la mauvaise santé économique de la région sherbrookoise, c'est à Sherbrooke que le taux d'augmentation du nombre des faillites ou des propositions concordataires a été le plus élevé parmi les grands centres urbains du Québec, en 2006 comparativement à 2005.

Selon les données qui peuvent être consultées sur le site Internet du Bureau du surintendant des faillites Canada, on peut effectivement constater que les faillites tant personnelles que d'affaires ainsi que les propositions aux créanciers ont augmenté de 12,2 pour cent dans la région sherbrookoise en 2006, comparativement à l'année précédente.

Ce taux est le plus élevé des grands centres urbains. Il l'est davantage que celui de Montréal où le taux était de 10,8 pour cent pour les neuf premiers mois de l'année 2006; davantage aussi que Québec où le taux n'était que de 3,4 pour cent ou que Chicoutimi-Jonquière où il était en baisse de 7,7 pour cent.

Entre janvier et décembre 2006, à Sherbrooke, quelque 789 dossiers ont été ouverts au Bureau du surintendant des faillites, soit 86 dossiers de plus que les 703 dossiers ouverts au cours des douze mois de 2005.

Texte complet dans La Tribune de jeudi.