Dans le lucratif marché américain des dépanneurs, Alimentation Couche-Tard (T.ATD.B), de Laval, devra bientôt affronter le géant britannique Tesco et 1000 autres magasins 7-Eleven.

Laurier Cloutier

Dans le lucratif marché américain des dépanneurs, Alimentation Couche-Tard [[|ticker sym='T.ATD.B'|]], de Laval, devra bientôt affronter le géant britannique Tesco et 1000 autres magasins 7-Eleven.

L'expansion de Couche-Tard aux États-Unis deviendra plus difficile et plus coûteuse à court terme parce que la concurrence accrue mettra de la pression sur les prix de l'immobilier et les primes à payer pour les acquisitions, selon l'analyste du courtier Scotia Capital, Anthony Zicha.

De plus, le prix de l'action de Couche-Tard stagne actuellement et c'est peut-être le moment de l'acheter, a ajouté Anthony Zicha lors d'un entretien avec La Presse Affaires.

Voulant consolider son leadership aux États-Unis, la chaîne 7-Eleven, détenue par les investisseurs japonais Seven & I Holdings, prévoit investir 2,4 milliards US pour y ouvrir 1000 dépanneurs en quatre ans et y rénover les 6000 autres.

Tesco veut de son côté investir 491,4 millions US en un an pour entrer aux États-Unis, selon le quotidien The Telegraph, de Londres, et le site de CSP Daily News.

Entre octobre et février prochains, Tesco va ouvrir 50 magasins à Los Angeles, Las Vegas, Phoenix et San Diego. De plus, 50 autres ouvertures sont dans le pipeline pour l'an prochain, dont 30 à Phoenix et 14 à Las Vegas. La chaîne commencera son implantation américaine par la Californie, l'Arizona et le Nevada, mais elle prévoit 500 magasins à moyen terme et le seuil de rentabilité après une deuxième année complète d'exploitation.

Pour son offensive, Tesco mise sur un magasin de dépannage hybride, nouveau aux États-Unis. Les Fresh & Easy, d'une superficie de 10 000 pieds carrés, offriront des produits frais et santé, plutôt que des conserves.

Ces dépanneurs hybrides connaissent beaucoup de succès dans plusieurs pays d'Europe et Tesco s'attaque au marché américain des dépanneurs parce que c'est le secteur qui va le mieux, explique Anthony Zicha.

Par ailleurs, le propriétaire japonais de 7-Eleven se montre carrément plus agressif aux États-Unis après le succès de concurrents, ajoute l'analyste.

Par contre, Tesco a vu plusieurs géants britanniques, comme Sainsbury et Marks & Spencer, repartir des États-Unis la queue entre les jambes, selon The Telegragh, et a investi énormément d'efforts depuis deux ans, en secret, pour tester le marché américain, déclare Terry Leahy, chef de la direction de Tesco.

La Californie offre un grand potentiel pour les dépanneurs, car leur taux de pénétration y est le plus bas de tous les États américains, souligne Anthony Zicha. L'analyste demeure toujours positif pour Couche-Tard même si les défis à relever par la chaîne de Laval, qui occupe le deuxième rang aux États-Unis, s'annoncent plus élevés.

En réunion toute la journée, le président de Couche-Tard, Alain Bouchard, n'a pu commenter mardi.

7-Eleven exploite, en franchises ou sous licence, plus de 31 000 dépanneurs dans 17 pays, dont 7100 en Amérique du Nord, et a réalisé en 2005 des ventes de 43 milliards US.

Tesco fait de son côté des ventes de 70 milliards US au Royaume-Uni et 21,6 milliards US de plus à l'extérieur. Selon Terry Leahy, avec l'aventure américaine, la chaîne Tesco pourrait devenir aussi importante aux États-Unis qu'au Royaume-Uni.