Bombardier (T.BBDB)et ses quatre partenaires du consortium Metronet sont dans la ligne de mire du maire de Londres.

Marie Tison

Bombardier [[|ticker sym='T.BBDB'|]]et ses quatre partenaires du consortium Metronet sont dans la ligne de mire du maire de Londres.

Le maire Ken Livingstone veut forcer Metronet à assumer les dépassements de coûts engagés dans le gigantesque projet de rénovation de neuf des 12 lignes du métro de Londres.

"Je ne tolérerai pas un échec de ce projet et je ne permettrai pas que les coûts découlant de la mauvaise performance de Metronet retombent sur les épaules des Londoniens", a-t-il fait savoir par voie de communiqué.

En vertu d'un partenariat public-privé, Metronet investira près de 40 milliards CAN en 30 ans pour la rénovation du métro de Londres, soit 16 milliards au cours des sept premières années.

Le maire de Londres a cependant critiqué la performance de Metronet, un consortium formé d'Atkins, de Balfour Beatty, Bombardier, EDF Energy et Thames Water. Le directeur de London Underground, Tim O'Toole, a notamment déploré de nombreux délais et des problèmes au niveau de l'entretien des voies.

Dans un rapport déposé en novembre dernier, l'arbitre Chris Bolt leur a donné raison. Selon lui, les dépassements de coûts devraient atteindre 1,7 milliard pour les sept premières années du projet.

"J'ai dû me résoudre à demander à l'arbitre de procéder à une révision extraordinaire, a déclaré le maire Livingstone. C'est la seule personne qui doit décider combien devront verser les actionnaires de Metronet pour couvrir les dépassements de coûts."

Dans un communiqué publié hier, Metronet a affirmé qu'il était préférable d'en venir à une entente négociée, rappelant que le processus de révision extraordinaire pourrait prendre un an.

Le porte-parole de Metronet, Paul Emberley, a cependant indiqué que Metronet était prêt à faire à une révision extraordinaire.

Il a également fait valoir que la mise à neuf des deux des lignes les plus importantes du métro de Londres, y compris la livraisons de voitures, était en avance sur son échéancier.

L'action de catégorie B de Bombardier a perdu 3,59% de sa valeur pour clôturer à 4,56$ hier à la Bourse de Toronto.