Une clôture à retaper depuis belle lurette, des fleurs qui souffrent dans leur barquette, prêtes depuis longtemps à être mises en terre, une cuisine à rafraîchir de belles et joyeuses couleurs, un gazon que vous peinez à couper chaque semaine?

MARIE-CHRISTINE BOUCHARD

Une clôture à retaper depuis belle lurette, des fleurs qui souffrent dans leur barquette, prêtes depuis longtemps à être mises en terre, une cuisine à rafraîchir de belles et joyeuses couleurs, un gazon que vous peinez à couper chaque semaine?

Pour toutes ces tâches sans cesse remises à plus tard, les quatre Coopératives jeunesse de service (CJS) de Sherbrooke s'avèrent une solution avantageuse pour ceux qui sont à bout de souffle et pour une belle cohorte de jeunes travailleurs.

Lancée en grande pompe mardi, la saison des CJS des arrondissements de Fleurimont, Lennoxville, Bromptonville et Ascot-Mont-Bellevue vient tout juste de débuter. Pour ces jeunes de 12 à 17 ans, la CJS ne représente pas seulement un emploi, mais également un lieu d'énormes apprentissages.

"C'est ma deuxième année à la CJS. C'est l'fun, même si nous n'avons pas eu beaucoup de contrats, l'an passé. On n'avait pas bien fait notre promotion, on n'avait pas visé le bon public-cible. Cette année, ça va mieux. Moi, j'étais dans le comité finances. En plus d'être trésorière, j'étais aussi responsable du grand livre, de tout l'argent qui entrait et qui sortait de la coopérative", raconte Cyntia Gauthier, de la CJS de Brompton- ville.

Responsable du grand livre de comptabilité à 14 ans... ça démarre bien un curriculum vitae! "C'est un bel apprentissage, j'ai vraiment beaucoup appris. Je suis contente de recommencer cette année. C'est plus qu'un emploi, c'est un travail d'équipe et de coopération", ajoute-t-elle.

Dans leurs équipes, les jeunes apprennent effectivement beaucoup. "Ils apprennent à s'assumer, à mesurer les conséquences de leurs décisions, à prendre conscience de leur impact dans leur milieu. Ils comprennent qu'ils sont capables de faire quelque chose par eux-mêmes, tout en faisant un peu d'argent. C'est un concept jeunesse très important et en pleine expansion dans la région", explique la coordonnatrice de la CJS de Bromptonville, Marie-Michelle Saint-Pierre.

Des erreurs, il est déjà arrivé que ces jeunes en fassent. Loin de se laisser abattre, ils se sont réunis, à la façon d'un conseil d'administration, afin de débattre et de trouver des solutions. Comme toute coopérative, qu'elle soit composée de membres de 12 à 17 ans ou d'adultes expérimentés, le but des CJS est de maintenir leur bonne réputation et de s'attirer une clientèle toujours de plus en plus importante.

Notons que, parmi les services offerts par les jeunes, on retrouve le gardiennage, l'entretien ménager, l'aménagement paysager (y compris la tonte de pelouse), les travaux manuels, l'organisation d'événements spéciaux, l'aide sociale aux gens âgés ou encore, les soins animaliers. Ouverts à toutes les propositions de travaux, les jeunes les analysent une à une, question de s'assurer qu'ils sont bel et bien capables de les assumer.

Il est possible de rejoindre le CJE au 819821-1995 (Ascot et Mont-Bellevue), au 819 846-0084 (Bromptonville), au 819 569-9388 (Lennonxville) et au 819 570-5327 (Fleurimont).